(Christopher Nolan, 2014)

Chrisopher Nolan a encore frappé avec son nouveau blockbuster visionnaire. Maîtres de l’intrigue et des scénarios complexes depuis Memento (2002) et Le Prestige (2006), les frères Nolan abordent des thèmes variés et voient toujours plus haut. Si haut que l’on se retrouve aujourd’hui propulsés dans l’espace aux côtés de Matthew McConaughey et Anne Hathaway. Pourtant, les avis sur ce film sont loin d’être unanimes et nous vous proposons deux critiques de nos membres, garanties sans spoilers pour vous permettre de mieux appréhender ce film.

 

Sans être clairement explicite, l’intrigue commence au milieu du 21ème siècle et l’humanité fait face à une grave crise alimentaire. Cooper (Matthew McConaughey), ancien pilote et ingénieur, a du se reconvertir en agriculteur suite à un accident d’avion et à l’urgence de produire de la nourriture pour survivre. Veuf, il élève avec l’aide de son beau-père sa fille de 10 ans, Murph, ainsi que son fils plus âgé. Face à l’urgence de trouver un avenir pour l’homme et son ennui pour un monde qu’il considère comme tourné vers le passé, Cooper sera conduit vers la NASA suite à des phénomènes a priori inexplicables.

 

Note : 9/10

M. HAMON

Le thème du voyage intersidéral est assez courant en science fiction, que ce soit dans la littérature ou le cinéma. L’espace y est souvent décrit comme le seul moyen pour l’homme d’échapper à son destin sur une Terre condamnée par la pollution, la surpopulation ou les catastrophes naturelles. Déjà au 20ème siècle, Isaac Asimov (que l’on considère comme l’un des pères de la science fiction) voyait dans les voyages spatiaux la possibilité de construire des colonies sur de nouvelles planètes ou des stations orbitales afin de perpétuer la vie humaine qui se serait éteinte sur Terre.

Dans Interstellar, le principe est le même et c’est ainsi que l’on suit pendant presque trois heures l’odyssée de Cooper sur Terre puis dans l’espace, sans jamais s’ennuyer et en se délectant de chaque seconde. La première partie du film sur Terre pose les bases de l’intrigue et installe la relation père-fille entre Cooper et Murph. De nombreux termes techniques y sont employés et peuvent se révéler complexes. Pourtant, Nolan parvient encore une fois à vulgariser le tout et à nous expliquer simplement des concepts pointus tels que les trous de vers. La seconde partie est bien plus longue et bien plus intense : c’est le voyage dans l’espace que l’on attend tous. Et c’est là que Nolan fait de vraies prouesses. L’histoire se révèle être riche et pas seulement centrée sur l’action. C’est bien plus que l’avenir des spationautes qui est en jeu, c’est l’avenir de toute l’humanité.

Ainsi, Nolan parvient à créer un film intelligent qui nous fait réellement nous poser des questions sur notre place dans l’univers, notre société de consommation, nos possibles futurs. Certains ont pu voir  Interstellar comme le nouveau 2001 : l’Odyssée de l’espace (Kubrick). Pourtant, si le thème est semblable, je pense que Nolan a voulu réalisé une œuvre tout à fait différente (et moins mystérieuse, c’est dire !) en se préoccupant beaucoup plus des sentiments. Car si Nolan est capable de nous faire voyager très loin, il n’en oublie pas le plus basique et le plus puissant : la relation entre Murph et Cooper. C’est en fait dans cette relation simple mais merveilleusement bien narrée que se trouve selon moi la force du film. On peut se laisser prendre par l’émotion simplement par un dialogue entre père et fille, ou par leur détresse respective. En rendant ses personnages terriblement proches de nous, il nous implique dans cette odyssée spatiale, et nous envoie dans l’espace aux côtés de Cooper.

Et tout cela n’aurait pas été possible sans de très bons acteurs. Matthew McConaughey crève encore une fois l’écran dans un rôle différent que ceux qu’il a pu avoir dans Dallas Buyers Club ou True Detective. La musique aussi, réalisée par Hans Zimmer, rajoute énormément aux scènes entre le père et la fille, sans jamais tomber dans un sentimentalisme excessif. Et enfin, les images sont tout aussi grandioses que dans le Gravity d’Alfonso Cuaron. L’espace est si réaliste que l’on se croit vraiment dans la navette avec Cooper.

Pourtant, certains ont pu critiquer ce film sur certains points, notamment sur la plausibilité des faits narrés lors du voyage spatial ainsi que la relative complexité de certains passages. Il ne faut pas oublier que ce film traite d’un voyage spatial dans un monde futuriste. Même si Nolan s’est appuyé sur les thèses actuelles les plus poussée, il restera toujours des aspects non scientifiques pour certaines personnes. Mais cela ne devrait pas être un problème en soi : la science fiction utilise à la fois la science et l’imagination pour créer une histoire. Si certains n’aiment pas, libre à eux de regarder des documentaires. En revanche, je trouve que Nolan en a par moment trop fait sur “l’amour”, rendant quelques instants (rares) du film un peu naïfs. Mais cela dépend de l’appréciation de chacun.

 

En résumé : Un film magistral et visionnaire, avec de très bons acteurs (surtout McConaughey), des images à couper le souffle et une bande son excellente signée Hans Zimmer. Le gros point fort du film réside surtout dans le fait de nous faire vivre un voyage humain et très touchant. Il deviendra à coup sur culte dans quelques années.

Jean-Michel FEUTRY

 

 

Note: 7,5/10

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *