(Cédric Klapisch, 2013)

Film que nous avons vu en avant-première à l’UGC.                               Note : 7/10

 
Xavier a maintenant 40 ans. On le retrouve avec Wendy, Isabelle et Martine quinze ans après L’Auberge Espagnole et dix ans après Les Poupées russes.
La vie de Xavier ne s’est pas forcément rangée et tout semble même devenir de plus en plus compliqué. Désormais père de deux enfants, son virus du voyage l’entraîne cette fois à New York, au beau milieu de Chinatown. Dans un joyeux bordel, Xavier cherche sa place en tant que fils, en tant que père… en tant qu’homme en fait ! Séparation. Famille recomposée. Homoparentalité. Immigration. Travail clandestin. Mondialisation. La vie de Xavier tient résolument du casse-tête chinois ! Cette vie à l’instar de New York et de l’époque actuelle, à défaut d’être cohérente et calme vient en tout cas nourrir sa plume d’écrivain…

Studio ciné Live : le scénario « surfe trop sur le seul plaisir du spectateur de retrouver ses héros sans vraiment le transcender. »

Tout le monde semble très content de retrouver Xavier, Martine, Wendy et Isabelle : le public a réservé un accueil très chaleureux au film ! Il est vrai qu’on a l’impression de retrouver une bande de copain, qu’on connaît maintenant depuis 15 ans. 
Dans ce troisième volet, Cédric Klapisch filme des quadragénaires dans une ville qu’il connaît bien, New-York. L’essence des personnages change, ils sont plus matures que dans les films précédents. Lors du débat qui a suivi, Klapisch nous a parlé des quelques difficultés qu’avaient eu les acteurs pour se mettre de nouveau dans la peau de leur personnage. Ces derniers ayant vieilli, ils ne pouvaient plus utiliser tous les tics de leur personnage.

On rit beaucoup durant le film. On retrouve des scènes qui rappellent les volets précédents (comme la course de Xavier pour éviter qu’une de ses amies se fasse prendre en flagrant délit d’adultère). 
Cependant, le scénario paraît un peu lisse, on suit les aventures de la bande sans vraiment qu’il y ait de suspens ou d’acmé. Finalement, j’ai été personnellement un peu déçu par la façon dont se conclu le scénario. Le dénouement arrive un peu comme un cheveux sur la soupe. Il n’apparaît pas comme un aboutissement du scénario.

T. DE RODEZ

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *