FOCUS : Star Wars et son Univers

Posted by in Focus

Hello there ! Même en étant enfermé dans un camp Tusken au fin fond de Tatooine, vous n’avez pas pu ne pas entendre parler de Star Wars. Malgré les 40 années d’âge du premier film, Star Wars reste encore une référence incontestable du cinéma et particulièrement du cinéma de science-fiction.

 

Image result for star wars hello there

 

Tout comme le Seigneur des Anneaux par exemple, Star Wars fait partie de ces séries de films mythiques que tout le monde connait et dont tout le monde s’accorde à dire qu’ils n’ont pas leurs pareils dans leur catégorie. Mais à l’inverse du Seigneur des Anneaux dont l’histoire est tirée des romans du même nom de l’auteur J. R. R. Tolkien, Star Wars est un univers tout droit sorti de l’imagination d’un seul homme : George Lucas.

Comme vous l’avez compris, aujourd’hui Septième Art vous propose un focus sur Star Wars et tout ce qui entoure les films de cet univers incroyable.

 

1) Les inspirations

Alors bien sûr, malgré son imagination débordante, on imagine bien que G. Lucas a eu besoin de quelques coups de pouces pour créer un univers si vaste.

Ses inspirations proviennent à la fois de la réalité et de la fiction.

  • Dans la fiction, Lucas c’est tout particulièrement inspiré des cycles de Isaac Asimov tel que Fondation (l’un des Odyssée de l’espace les plus connus de notre époque). C’est notamment dans le cycle Fondation que Lucas a trouvé son inspiration pour Coruscant et les planète-mégalopoles, ou alors dans le cycle des Robots, du même auteur, pour tout ce qui touche aux droîdes. Et bien sûr, si des yeux connaisseurs peuvent observer quelques similitudes au niveau de l’univers de Star Wars et celui de la Terre du Milieu, c’est aussi parce que Lucas c’est grandement inspiré des romans de Tolkien. Les trams sont très proches ainsi de que certains personnages (on pense à Obi-Wan et Gandalf).

Alors bien-sûr, ce n’est pas les seules inspirations qui on aidait à la création de l’univers de Star Wars. Il serait trop long de toutes les citer. Mais je vous ai parlé des deux principales qui proviennent de la fiction.

  • On va maintenant parler des inspirations provenant de la réalité : il faut savoir que les Jedis ont été inspiré principalement des Samouraïs du Japon Moyenâgeux. On retrouve d’ailleurs cette inspiration dans le design du casque de Darth Vador qui ressemble fortement aux casques des samouraïs. Pour ce qui est de l’Empire, de son avènement à sa chute, Lucas explique qu’il s’est inspiré de l’empire Romain, de l’Empire Français de Napoléon Bonaparte ou encore du Troisième Reich d’Adolf Hitler. D’ailleurs le message qu’a voulu faire passer Lucas est bien la prise de conscience des risques qui planent sur la Démocratie et comment les éviter.

 

           2) Les deux premières trilogies

Comme bon nombre le savent, mais je préfère quand même le réexpliquer, malgré ses 6 (premiers) films, Star Wars n’a pas été produit dans l’ordre chronologique. La première trilogie regroupe donc le IV, le V et le VI. Il faudra attendre 15 ans après la sortie du VI pour la reprise de cet univers avec le I, le II et le III que l’on connait aujourd’hui.

 

La première trilogie : Le succès de Star Wars a été rapide dès la sortie du IV. Mais, à contrario, la production du film, elle, a été chaotique. George Lucas a eu énormément de mal à trouver un studio de production qui accepte de financer le projet. En effet, à cette époque-là, les films de science-fiction ne rencontraient pas de franc succès.

Finalement, le studio 20th Century Fox accepte le projet et le finance avec plus de 8 millions de dollars. Mais pour George Lucas, les galères ne font que commencer et vont s’enchainer. Entre les dépassements de budget, les retards, le projet prend une mauvaise tournure. Le clou s’enfonce encore plus lorsque le film sans les sons et effets spéciaux n’arrive pas à convaincre. Seulement une trentaine de salles de cinémas acceptent de diffuser le film aux Etats Unis. Il faut aussi souligner la prise de risque de Lucas au niveau de son choix d’acteurs. Pour sa première trilogie, il a décidé de les choisir parmi des jeunes encore méconnus qui n’attendent qu’à faire leurs preuve (à par Harrison Ford bien entendu). A l’époque Mark Hamill (Luke Skywalker) n’était connu qu’à la télé et Carrie Fisher (Leila Organa) seulement grâce à la renommée de ses parents, acteurs eux aussi.

 

Image result for star wars first trilogy

Malgré tout, Star Wars IV est un franc succès et devient même un phénomène de société en l’espace de quelques mois. C’est seulement grâce à ce succès que Lucas va pouvoir produire Star Wars V et VI dont il va déléguer la réalisation respectivement à Irvin Kershner et Richard Marquand. L’épisode VI deviendra le plus gros succès de la trilogie.

 

La deuxième trilogie (ou prélogie) :  dès la production du premier film de cette nouvelle trilogie George Lucas savait très bien dans quoi il s’engageait et comment il allait le mettre à l’écran. Par exemple, la fin de la république et la manière dont cela allait se passer était déjà très clair dans sa tête. On retrouve aussi des images de dessinateurs datant des années 70 représentant Coruscante et Kashyyk (planète natale des wookees), deux planètes qui n’apparaissent que dans la prélogie.

 

Image result for star wars second trilogy

 

On retrouve aussi de gros changements au niveau de la conception des films, notamment par la reprise de la direction de la production par George Lucas ou encore dans le choix des acteurs. En effet, pour cette nouvelle trilogie il fait le choix de se tourner vers des acteurs plus expérimenté cette fois. Des acteurs comme Nathalie Portman ou encore Erwan McGregor sont des acteurs qui, déjà à l’époque, avaient fait leurs preuves à travers différents films à succès.

Et finalement, là où dans la première trilogie, Lucas essayait de privilégier au maximum les prise non pas en studio mais dans de vrai paysage, cette nouvelle trilogie est tournée presque exclusivement en studio et avec beaucoup de numérique, d’images de synthèse ou d’effets spéciaux.

Pour ce qui est de l’accueil du public, le succès n’a pas été aussi fulgurant que pour la première trilogie. Notamment pour Star Wars I et II, les critiques ont été très mitigées. On a même reproché à Lucas de trop vouloir utiliser l’univers de Star Wars pour des fins financières et de trop étouffer l’univers (*tousse* Disney *tousse*). Finalement la sortie du troisième Opus va mettre tout le monde d’accord notamment grâce à son succès incroyable, qui va placer la prélogie comme étant des Star Wars à part entière.

 

 3) L’arrivée de Disney

En 2012, Walt Disney Company rachète Lucasfilm pour 4 milliards de dollars. Dès l’annonce de l’officialisation du rachat, les deux PDG annoncent publiquement la reprise de la licence Star Wars avec un septième opus et donc une troisième trilogie. Les annonces ne s’arrêtent pas là, Disney compte bien profiter des trous laissaient dans la trame scénaristique des deux premières trilogies pour faire des films. C’est ainsi que Rogue One et Solo, l’un racontant comment les rebelles arrivent à s’emparer des plans de l’étoile noire juste avant SW IV et l’autre racontant l’enfance de Han Solo, ont pu voir le jour. Le premier fait partie des meilleurs Star Wars à mon gout, bien que ce soit un SW story, mais le deuxième fait clairement parti des pires SW tout en restant un bon film.  

 

Image result for star wars rogue one

 

Mais revenons à la troisième trilogie. Le premier opus, sorti en 2015, aété beaucoup critiqué comme étant un copié collé de SW IV. Personnellement, restant un puriste et un fan, je pense que le film ne pouvait tout simplement pas faire parti des meilleurs de cet univers par le simple fait qu’une nouvelle intrigue devait être mise en place. De la même manière que SW I, premier film de la prélogie à été critiqué pour les mêmes raisons.

Pour ce qui est du deuxième film de cette prélogie, sorti en 2017, il fut critiqué pour un bon nombre de raisons, des incohérences, « pas un vrai Star Wars », et j’en passe. Pour ma part, malgré quelques incohérences (on pense à superwoman Leila), je trouve que l’épisode VIII reste un bon Star Wars dans l’ensemble avec une bonne balance entre fracture avec les deux premières trilogies mais toujours en restant dans l’esprit Star Wars.

 

Image result for star wars third trilogy

 

Enfin pour le troisième et dernier opus, à l’heure où j’écris ces lignes nous somme le 18 décembre 2019, date de sa sortie et bien entendu j’ai déjà ma place, on se retrouvera donc surement pour une petite critique sur le site de la septième critique !

 

4) L’à côté des films

Mais Star Wars ce n’est pas que des films. C’est aussi des romans, des BD, des séries, jeux vidéo …

Au niveau des séries, il existe actuellement deux séries d’animation, The Clone War et Rebels. La première racontant, comme son nom l’indique, la guerre entre les clones et les séparatistes entre l’épisode II et III. J’aime beaucoup personnellement cette série. Et la deuxième se passe entre l’épisode III et IV et raconte l’histoire d’un équipage rebelle à l’empire.

Il existe depuis peu une nouvelle série en live action intitulé The Mandalorian, retraçant l’histoire d’un chasseur de prime pendant l’époque troublée après la chute de l’empire et l’avènement du Premier Ordre entre l’épisode VI et VII.

 

 

Ce qui suit n’est qu’une supposition de ma part, mais je pense que Disney à l’intention de recréer un univers à Marvel Cinematic Univers (MCU). C’est-à-dire, un univers complet où chaque films, séries, etc est lié à un seul grand fil rouge. Et je pense que si c’est bien leur intention, c’est une superbe idée car l’univers Star Wars est un univers gigantesque avec des possibilités infinis et donc qui se prête parfaitement à ce genre de format !

 

Image result for star wars mandalorian

 

Pour ce qui est des romans et BD/ comics, ils sont aussi anciens que les premiers films de la première trilogie. George Lucas à validé lui-même la novélisation de son univers. Beaucoup d’histoires parallèles sont développées à travers les comics, BD et romans.

Enfin pour ce qui est des jeux vidéo, pour les plus récents, la licence d’exploitation à été donné exclusivement au studio Electronic Art (studio derrière les jeux Battlefield par exemple). Sous cette licence il a été développé Battlefront I et II et dernièrement en 2019 le jeu Fallen Order.

 

 

Pour conclure, Star Wars est un univers gigantesque est fascinant. Regardez les films sans aprioris et plongez vous dedans. Ne vous laissez pas influencer par les critiques ou les « puristes », faites vous votre propre idée de ce précurseur de la Science-Fiction au cinéma. Vous ne serez pas déçu !

Un grand merci pour votre lecture et à bientôt sur le La Septième Critique.

 

Theodore Six