room 104

Posted by in Séries

(Mark Duplass et Jay Duplass, 2017 à aujourd’hui)

 

 

Les frères Duplass, connus pour leur approche particulière des relations sociales et de l’expérimental, se sont joints pour nous concocter une série à leur image : singulière avec un charme particulier. Le concept est simple : chaque épisode met en scène une histoire différente avec comme limitations trois personnages et un huis-clos dans la chambre 104 d’un motel américain. Chaque épisode est donc le lieu de bien des histoires, tantôt hilarantes, tantôt dramatiques, tantôt « c’est quoi ce délire j’ai rien compris ».

 

Cette idée ne vient pas de nulle part, les réalisateurs se sont inspirés de l’histoire d’un homme qui faisait des pieds et des mains pour dormir dans la chambre 452 d’un hôtel à chaque fois qu’il y allait car cela correspondait à sa symphonie préférée de Mozart. Une fois dans cette chambre, l’homme arpentait le salon, la salle de bain, et pensait à tous ceux qui étaient passés par là avant lui, à tout ce qu’avait vécu cette chambre. L’idée de room 104 est donc la même : découvrir l’histoire d’un lieu à travers celle des personnes qui y sont passées.

De ce fait, c’est tout un univers onirique qui se dégage de la série. La qualité des épisodes est certes en dent de scie mais cela ferait presque partie de la visée de ses réalisateurs. Par le biais de trois saisons actuellement disponibles sur OCS, la vie d’une myriade de personnes nous sont dévoilées sans la moindre pudeur et nous transmettent la vision du monde que partagent les frères Duplass. A chaque fois que vous irez quelque part, vous ne pourrez plus vous empêcher de penser à ce qui a pu s’y passer avant votre arrivée.

Néanmoins, sa force devient une faiblesse une fois que l’on constate comment les différentes époques peuvent nous perdre. En effet, Seuls quelques détails nous indiquent si l’épisode se déroule dans les années 60-70, aujourd’hui ou dans le futur. Cette caractéristique propre à la série rend parfois le récit très confus et empêche le spectateur d’apprécier la série à sa juste valeur. De plus, les histoires mises en scène sont parfois d’une qualité discutable, nuisant encore une fois à l’avis global que l’on pourrait se forger.

 

Room 104 est donc une série pour le moins originale qui sait nous emporter dans son monde. Comme un rêve, le spectateur ne sait pas si l’ambiance sera féérique ou au contraire glauque et dérangeante. Mais une chose est sûre, une fois sorti de ce rêve, tout ce que vous désirerez sera d’y retourner.

 

Pierre Caris