Je ne suis pas un homme facile

Posted by in Films, Non classé

(Eléonore Pourriat, 2018)

 

Cette comédie en apparence légère raconte l’histoire de Daniel, un homme plutôt machiste qui, après un violent coup reçu à la tête, se réveille dans un monde dominé par les femmes. Alors que le personnage avait l’habitude de faire des blagues sexistes, il se retrouve lui-même victime de harcèlement. Cependant, la particularité de ce film est que tout n’est pas inversé. En effet, dans le monde dans lequel se réveille Damien, les femmes ont revêtis la place des hommes, et donc gardé tout le masculinisme qui leur était propre. Ainsi, Elles, portant des costumes, des tailleurs… en bref, les femmes évoluent dans un environnement d’habitude consacré aux hommes. A l’inverse, eux sont féminisés : ils portent des mini-short, des sacs à main, cherchent à mettre leurs formes en valeur et évoluent dans un environnement que l’on pourrait vulgairement qualifier de féminin. Le protagoniste se rend donc compte de la dure réalité de la vie en société pour les femmes : il est victime de harcèlement, perd son travail et se retrouve secrétaire d’une grande auteure parisienne, Alexandra Lamour. Seulement, cette dernière décide de se servir de lui pour son nouveau roman. Ainsi, ce lien entre les personnages instaure une ambiguïté et une relation de pouvoir.

Ce film pose énormément de questions sur notre la société patriarcale et sur la place des deux sexes dans celle-ci. Mais est-ce encore réellement la place des femmes aujourd’hui, en France en tout cas ? Ce film fait pour moi ressortir des clichés dépassés, comme les couleurs (le pâle pour les filles et le foncés pour les garçons), la place des deux sexes dans un couple ou encore la façon de s’habiller. Certes, certains préjugés sont vrais, mais ils sont exagérés pour faire rire le spectateur et cela fait perdre une certaine crédibilité au film, dont l’histoire est pourtant racontée avec intelligence. Si ces scènes sont tournées de façon dérisoire et nous forcent à sourire elles n’en sont pas moins le reflet de la réalité, d’une certaine réalité peut-on concéder peut-être plus ancienne.

Si Je ne suis pas un homme parfait nous fait prendre conscience d’une certaine réalité de la société, il aurait été intéressant d’aller plus loin dans l’échange des rôles et de rendre aux femmes toute leur féminité. Cela aurait souligné une autre réalité du monde d’aujourd’hui : il est possible d’être féminine et carriériste. En effet, dans le film, les femmes ne font que revêtir la place des hommes et ne se l’approprient en rien. Ainsi, le film ne représente que de façon superficielle une société matriarcale.

Je reconseille vivement cette comédie pour passer un bon moment devant Netflix, et qui sait, cher lecteur et chere lectrice, peut-être qu’un coup porté à la tête nous transportera dans ce monde fictif.

 

Romance HALOY