Shrek

Posted by in Films

(Andrew Adamson, Vicky Jenson ; 2001)

 

 

Notre ogre préféré vit sa meilleure vie dans son magnifique marais. Mais le calme de son quotidien est dérangé par un meet-up de créatures de contes de fées. On dénombre d’ailleurs précisément 7 nains, 3 ours, un pantin, 3 fées et moult sorcières, princesses et autres personnages de notre enfance. L’Âne deviendra son sidekick, malgré une réticence très (trop ?) clairement exprimée par le Hulk des studios Dreamworks.

Tous ces gens sont là parce qu’ils viennent d’être expulsé par le tyrannique Lord Farquaad.

La seule façon de retrouver calme et volupté au sein de son marais est d’aller délivrer ladite Princesse Fiona pour l’offrir en épousailles au Lord, toujours accompagné de son fidèle destrier l’Âne.

Encore une histoire de prince (peu) charmant qui sauve la magnifique princesse Fiona enfermée dans la plus haute chambre de la plus haute tour d’un château gardé par un effroyable dragon ? En partant du postulat que Shrek est un ogre et que Fiona est une princesse de conte de fée tout porte à croire que vous ne verrez clairement pas un conte de fée comme les autres. Vous avez raison, en partie.

 

 

Oui c’est un conte de fée  mignon où l’ogre et la princesse vont étonnamment se trouver des points communs et peut être plus si affinités. Il y a un grand méchant égoïste et des personnages principaux voués à sauver le royaume.

Mais ce n’est pas seulement un conte de fée mignon puisqu’il traite principalement la question des préjugés quotidiens. Shrek est un ogre alors il fait peur, il mange des humains et n’a aucune émotion. Les 94 minutes du premier opus de la franchise (qui en compte 4 disponible sur Netflix) nous démontrent que derrière ce géant vert se cache un cœur sensible et paradoxalement très humain.
L’amitié tissée avec l’Âne est plutôt hors du commun, complexe mais l’humour reste toujours au centre de leur relation. Ils ont en fin de compte de nombreux points communs, notamment l’exclusion sociale (un âne qui parle) et le regard des autres.

Fiona est également très loin des clichés de la princesse qui est secourue par son prince charmant et n’est rien sans son sauveur.

Alors c’est un beau mélange de comédie de très haut niveau lié à une pointe piquante de regard sur la société et ses dérives.

Cet ogre, devenu légende, parle aux humains de 7 à 77 ans.

En somme, c’est 1h30 de rire, de « oooohh », de surprises et d’une belle histoire.

Si vous n’êtes toujours pas convaincu, sachez que le mastodonte de l’humour français aka Alain Chabat est la voix française de Shrek.

                                                                                                                      Jean-Baptiste SERRE