Un jour de pluie à New York

Posted by in Non classé

(Woody Allen, 2019)

En prenant pour décor un New-York pluvieux et authentique où s’alternent notes de jazz et clapotement de la pluie, Woody Allen revient à ses amours de jeunesse et instaure un cadre romantique aux teintes pastel et à la lumière tamisée.

WA17_10.11_0113.ARW

Et quoi de mieux pour animer cette ville que d’y raconter la folle journée d’aventure d’une jeunesse bourgeoise, émancipée et cultivée ? Pour son troisième long-métrage en collaboration avec les studios Amazon, le réalisateur voulait avant tout rendre hommage à ceux qui l’inspirent depuis plus de 40 ans dans ses créations. Des pianos-bars les plus miteux aux studios de cinéma indépendants, Woody Allen n’oublie personne dans cette ville qui ne dort jamais.

Avec pour vedettes deux des acteurs les plus prometteurs du cinéma indépendant : Elle Fanning (The Neon Demon) et Timothée Chalamet (Call me by your name), tout semble en place pour faire de ce film, un nouveau chef d’œuvre à la Annie Hall ou à la Blue Jasmine.

Et pourtant, force est de constater que l’intrigue retombe très vite en une série de péripéties prévisibles et insipides faisant vite perdre tout intérêt au spectateur. Les touches de comédies, parfois drôles grâce à Elle Fanning, parfois lourdes, semblent relever du remplissage d’un scénario bancal. Malheureusement, sans nous livrer un mauvais film, Woody Allen semble ne pas réussir à exploiter à sa juste valeur tout ce dont il dispose pour un rendu qui laisse le spectateur sur sa faim.

Romain Huguel  

 

Un jour de pluie à New York  était mon premier Woody Allen. Il a fallu se familiariser avec un univers et un réalisateur qui avaient déjà fait leurs preuves à maintes reprises. C’était un peu laborieux. Encore maintenant, je ne sais pas si j’ai trouvé ce film bon ou épouvantable.

Les intrigues s’enchainent et s’imbriquent les unes dans les autres et comme les personnages, le spectateur ne sait plus vraiment ce qu’il est venu chercher dans ce jour de pluie à New York . La nostalgie d’une époque révolue ? L’alchimie naissante entre deux étoiles montantes du cinéma ? Un Enième Woody Allen ?

WA17_09.11_0437.RAF

En tout cas, pendant les presque deux heures du film, Woody Allen balade (sous la pluie) son spectateur dans un New York humide et mélancolique, non dénué d’un certain charme. On accompagne les personnages dans leur découverte du New York de Woody Allen, un New York de comédies romantiques. Tous les clichés du genre y passent : répliques mielleuses, notes de piano nostalgiques, lieux de rendez-vous lourds de sens, personnages torturés au passé mystérieux… Il faut le dire, c’est drôle (merci Elle Fanning). Mais parfois très lourd. On finit par se noyer dans tous ces clichés et bien que de très haut niveau, la performance d’Elle Fanning ne peut pas tout sauver.

Un jour de pluie à New York reste le film d’un passionné de cinéma qui cherche à transporter le spectateur dans son univers nostalgique d’une époque pourtant bien révolue. Certains se laisseront prendre… d’autres non. Je fais malheureusement partie de la deuxième catégorie.

Mathilde Maier