Deux moi

Posted by in Films

(Cédric Klapish, 2019)

Qui sont ces deux moi ? Ce sont Rémy et Mélanie, respectivement François Civil et Ana Girardot, deux parisiens, deux célibataires perdus dans la précarité du travail et des relations amoureuses. Ils habitent côte à côte, prennent la même ligne de métro, commencent tous les deux à voir un psy, et pourtant ils ne se connaissent pas. Le nouveau film de Cédric Klapish est actuellement au cinéma et la Septième Critique – toujours curieuse – y est allée.

Droites parallèles ou droites sécantes ? – Anna Sadowski

Ce qui intrigue le plus dans le film, c’est sa structure étrange. En effet, Cédric Klapisch prend le parti de ne pas montrer une histoire d’amour entre ces deux personnages principaux, mais plutôt de suivre leur évolution psychologique respective. Les deux trentenaires restent différents : Mélanie n’a aucun mal à extérioriser ses problèmes de coeur à sa psy alors que Rémy ne comprend pas vraiment pourquoi il va voir ce spécialiste, et attend qu’on lui donne un diagnostic comme chez le dentiste. Mais tout dans le film – les nombreux plans de leurs fenêtres côte à côte, le commerce oriental du quartier où ils vont tous les deux, ce chat blanc qu’ils adoptent tour à tour – tout tend à les rapprocher. Et c’est là que notre corde sensible est titillée, on attend ardemment la rencontre magique, inopinée pour eux, mais qui pour nous semble évidente.

Rémy et Mélanie sont comme deux droites parallèles, ils ne se croisent jamais, et pour moi, toute la magie du film réside dans l’attente que, défiant les lois mathématiques, un hasard ou une opération du destin les fassent se rencontrer.

 

Résultat de recherche d'images pour "deux moi"

 

Une réalisation inégale – Cédric Amuat

Alors là je suis partagé. Le film tente de nous faire ressentir l’anxiété et le manque de confiance en soi des personnages. Le réalisateur y arrive à l’aide de gros plans inquiétants ou de plans larges oppressants où le décor semble manger nos deux héros, tous petits face à la grandeur de ce qui les entoure.

D’un autre côté, en sortant on a l’impression que l’oeuvre n’a aucune identité visuelle. Les décors sont génériques au possible et le montage passable à un point qu’on préférait découvrir cette histoire dans un bon bouquin. Mention spéciale au générique d’introduction, qui poussé par une flamme créatrice jamais imaginée dans l’histoire du cinéma français, s’est dit que montrer des gens rentrer dans le métro et des plans sur des immeubles haussmanniens allait être super original pour poser une action se passant à Paris, on a ja-mais vu ça.

C’est bien dommage parce que le film se contente de nous exprimer ce que ressente les personnages alors qu’il aurait pu faire de Paris un troisième personnage, à la manière d’un Comment C’est Loin pour la ville de Caen.

Résultat de recherche d'images pour "deux moi"

Pourtant je me sens si seul – Léana Paquet

Plus qu’une histoire de destins liés, j’ai trouvé que ce film était une critique de la vie en grande métropole. En effet, personne ne parle à personne, on croise énormément de gens à longueur de journée mais on ne fait de rencontres qu’à travers les réseaux sociaux. Chacun se sent anonyme et seul alors qu’il est constamment entouré. La problématique de réussir à faire de véritables rencontres est au centre de ce film. 

Pour Rémy, qui n’est pas du tout connecté et timide, le problème est d’établir le premier contact avec autrui. Pour Mélanie au contraire, adepte des applications de type Tinder et souvent sur son téléphone, le problème est de créer de vraies relations, de retrouver l’envie de connaître la personne, voire même de l’aimer. 

Bien qu’internet mettent en relations les gens, ils créent également des barrières entre eux, et c’est cette idée qu’on retrouve tout au long de l’ouvrage. Réussir à dépasser la facilité des réseaux sociaux et se jeter dans l’inconnu en abordant quelqu’un dont on ne connaît rien, oser bouger et changer de vie quand on en est pas satisfait, être plus qu’un anonyme évoluant avec d’autres anonymes et parvenir à sortir de sa routine… autant de défis que Mélanie comme Rémy devront être prêt à relever.