The Thing

Posted by in Films

(John Carpenter / 1982)

Quand on parle classique du cinéma d’horreur on cite généralement l’Exorciste, Shining puis The Thing. Réalisé par le grand John Carpenter (Halloween, Invasion Los Angeles, New York 1997 ou encore Christine) ce film d’horreur se situe en plein âge d’or du réalisateur.

Premier volet de la trilogie de l’Apocalypse (trois films non liés scénaristiquement mais tous très inspirés de l’univers lovecraftien, la peur de l’inconnu, de l’insondable), il met en scène l’histoire d’un groupe de chercheurs américains en Antarctique qui va devoir face à un monstre inconnu pouvant prendre la forme de n’importe quel organisme vivant.

Ce film, pourtant un échec commercial à l’époque, permet de synthétiser toute la patte « Carpenter ». La mise en place d’un rythme lent, dérangeant et terrifiant pour instaurer une peur latente plutôt que l’abus de jump scare (qu’on retrouve dans Halloween), la peur de son prochain qui peut cacher quelqu’un d’autre (qu’on va revoir dans Invasion Los Angeles avec ses aliens camouflés en êtres humains) et l’attrait pour la matière organique (qu’on peut aussi voir dans le Prince des Ténèbres).

John-Carpenter's-the-Thing | Tumblr

L’histoire est simple ainsi que les personnages, chacun a une personnalité bien tracée entre le peureux, le loubard ou l’orgueilleux, afin de se focaliser sur l’exploitation de ces derniers. Pour rappel la créature peut se dissimuler chez chacun d’entre eux, on ne la voit donc que très peu sous sa forme réelle. Carpenter casse le genre du cinéma en montrant sans dissimuler l’ennemi, on sait qu’il est là, qu’on le voit et pourtant on ne peut définir qui il est parmi les personnages. On doute de tout, on s’imagine tout, là réside la peur lovecraftienne (Lovecraft est un auteur du début du XXème rendu célèbre grâce au genre dont il a lui-même donné le nom, notamment avec son personnage de Cthulhu, créature indescriptible source de peur insondable).

Le film a un petit côté Evil Dead de Sam Raimi je trouve. Sorti un an plus tôt il m’y fait pas mal penser malgré le nombre moins grand de scène d’action chez Carpenter. C’est néanmoins une bonne occasion pour vous conseiller ce film et surtout sa suite Evil Dead II, aussi un immanquable du genre.

The Thing a mieux vieilli que les autres films d’horreur de sa génération, notamment grâce aux sous-entendus de la présence du monstre et non sa représentation graphique face caméra. Je vous le conseille donc comme la bonne majorité de la filmographie de John Carpenter.

Cédric AMUAT