Naruto

Posted by in Films

Masashi Kishimoto, 1999

 

Depuis toujours, Naruto Uzumaki est un orphelin exclu et marginalisé de son village Konoha : le village caché des feuilles. Dans un monde organisé en villages de ninjas, il va devoir prouver sa valeur encore plus que les autres aspirants ninjas pour se faire accepter. Heureusement son caractère incroyablement positif, sûr de lui et courageux pourrait persuader n’importe qui de se rallier à sa cause.

 Cet anime japonais se compose de deux grandes (très grandes) parties : Naruto et Naruto Shippuden, avec une ellipse d’un an entre les deux. L’histoire débute alors que le jeune héros est encore à l’école des ninjas et que son équipe avec la jeune Sakura et le ténébreux Sasuke se forme. Leur travail consiste à accomplir des missions de plus en plus dangereuses, révélant à chaque fois des adversaires toujours plus forts, ce qui ne fait que décupler la persévérance et les efforts de Naruto.

Dès lors, c’est un univers complet qui s’offre à nous : un monde complexe où les tensions géopolitiques entre et au sein même des villages ont des répercussions terribles sur les histoires individuelles de nos héros. C’est un univers rétro-futuriste, dans une époque qui n’a jamais existé, où les réfrigérateurs côtoient sans problème les samurais. C’est surtout un monde qui fonctionne grâce au chakra, un mélange d’énergie physique et spirituelle qui permet entre autres aux ninjas de développer des jutsu, à savoir des techniques de combat diverses, originales et propres à chaque ninja.

Naruto est donc un shonen simple d’apparence mais qui permet à Masashi Kishimoto de se vanter d’être l’auteur du 3e manga le plus vendu dans le monde et d’un anime diffusé dans plus d’une vingtaine de pays à travers le monde.

Masashi Kishimoto explosant de joie

Qu’est ce qui fait alors que cet animé est l’un des plus populaire et marquant de sa génération et qu’on s’attache autant à Naruto Uzumaki ? Pour ma part, c’est d’abord un vrai scénario, une imbrication de narrations construites sur chaque personnage. En effet tous cherchent à comprendre l’histoire de leur famille, de leurs ancêtres, de leur village. La longueur de la série permet véritablement d’appréhender le passé des personnages décisifs, et de faire cette découverte de la vérité en même temps qu’eux.

C’est ensuite des personnages principaux et secondaires incroyables, tous sont importants, aucun n’est interchangeable. Ce qu’on appelle le « character design » – la conception du graphisme, de l’animation et de la psychologie des personnages – est tout simplement génial. De ce fait, le lecteur ou spectateur développe un fort attachement aux personnages, et a plus d’une fois les larmes aux yeux tant l’implication émotionnelle est considérable. Chacun aura son personnage préféré, mais laissez-moi présenter rapidement les miens à l’aide de quelques memes.

 

Kakashi Atake, maître de Naruto et son équipe

Capable de copier les techniques des autres

Passionné par des lectures douteuses

Un personnage qui arrive à être incroyablement badass et à la fois très drôle.

 

 

Shikamaru Nara, ami de Naruto

Arpente la vie avec nonchalance et paresse

Passionné par le shôgi, jeu de stratégie japonais

Très intelligent, ses combats sont pour moi les plus intéressants à regarder

 

 

 

Hinata Hyûga, première fan de Naruto

Peu confiante et très timide

Héritière du clan Hyûga, grande famille de Konoha

Panique totalement dès qu’elle se trouve en présence de Naruto

 

 

 

N’oublions pas que l’on parle ici d’une série d’animation. La qualité des dessins de l’anime est variable, parfois excellente, parfois passable, ce qui s’explique aisément quand on sait la rapidité avec laquelle les épisodes doivent être produits. Les openings et endings – génériques de début et de fin – sont eux toujours qualitatifs. Certains openings avec leur animation incroyable et leur bande son entraînante sont carrément jouissifs.

Comme rien n’est jamais parfait, il est important de citer les défauts de la série. En premier lieu vient évidemment l’absence légendaire d’utilité du personnage de Sakura dans l’intrigue. En effet, elle n’est la clef d’aucun enjeu, elle est simplement la personne à qui Naruto a fait une promesse importante, qui le motive durant tout Naruto Shippuden. Mais Sakura elle-même ne combat que très peu et s’éloigne des affrontements tout au long de la série, alors qu’elle est tout de même censée être un des trois personnages principaux. Elle atteint même un niveau de détestabilité qui rivalise avec celui de Donald Trump lorsqu’elle démarre ses crises de larmes en plein combat palpitant, mais je vous laisse libre de juger autrement son personnage.

Un deuxième défaut serait l’omniprésence des flashbacks, qui permettent certes à la production de gagner du temps mais qui finissent par être agaçant. A moins d’être stupide, on n’est pas perdu dans l’histoire.

Se lancer dans Naruto est une longue et dangereuse aventure – 220 épisodes pour Naruto et 500 épisodes pour Naruto Shippuden – mais si comme moi vous aimez vous challenger, vous pouvez tenter de regarder entièrement Naruto Shippuden durant votre S1 ce qui vous permettra de vous divertir vous et votre entourage pendant vos amphis, je recommande chaudement.

Anna SADOWSKI