Alita : Battle Angel

Posted by in Films

(Robert Rodriguez, 2019)

 

Réalisé par James Cameron, l’adaptation cinématographique du manga Gunnm créé par Yukito Kishiro nous envoie 500 ans dans le futur, dans un univers post-apocalyptique. C’est en fouillant dans les décombres de la décharge qui regroupe les déchets qui tombent de la ville céleste Zalem, cité en apesanteur au-dessus d’Iron City, que le Dr Ido découvre une cyborg à peine en vie. Il la retape et il entame avec elle une relation quasi paternelle. Comme elle a perdu la mémoire, il la nomme Alita et va lui apprendre la vie dans Iron City. Ce film retrace la quête d’Alita pour retrouver la mémoire et comprendre ce qui lui est arrivé.

Entre courses-poursuites et bagarres phénoménales, Alita : Battle Angel offre beaucoup de spectaculaire. Le film démarre très vite, les scènes d’action apparaissent très tôt dans le film (pas comme dans Venom où la mise en place du contexte dure plus d’une heure).

Ce que je reproche cependant à ce film est son scénario trop basique. Comme beaucoup de films qui sortent maintenant, je trouve qu’Alita rentre dans la catégorie « beaucoup de spectaculaire, mais rien derrière » (cc Mortal engines). Je m’explique : les images sont superbes, on voit à peine les trucages si bien qu’on est pleinement immergé, mais l’histoire n’est qu’un prétexte à l’action. La plupart des « revirements » de scénario sont totalement prévisibles. Je préfère nettement les films qui nécessitent deux voire trois visionnages pour saisir toutes les complexités de l’intrigue, et qui parviennent encore à nous surprendre des années plus tard avec un détail qui nous avait échappé. Si vous n’aimez pas revoir les films, avec Alita pas d’inquiétude, même si vous vous assoupissez un moment vous pourrez reprendre le visionnage sans être perdu. En bref si vous voulez en prendre pleins les yeux sans vous prendre la tête, ce genre de films est fait pour vous.

Alita : Battle Angel reste néanmoins un film visuellement beau (les images sont propres, les combats épiques et fluides) et très divertissant. Les acteurs reflètent bien leur personnage, on retrouve notamment dans le rôle du Dr Ido, Christophe Waltz qui a déjà fait ses preuves dans de nombreux films de Tarantino et bien d’autres. Malgré quelques instants très patos voire un peu niais, ils arrivent à faire passer quelques émotions (c’est pas non plus Titanic).

Pour conclure, du divertissement, pas de prise de tête, mais pas trop de fond non plus.

 

Léana Paquet