Deadly Class

Posted by in Séries

Rick Remender et Miles Orion Feldsott, 2019 

Deadly Class est la nouvelle série développée par Rick Remender et Miles Orion Feldsott d’après la bande dessinée du même nom créée par Remender et Wesley Craig. Cette première saison se compose de 10 épisodes et croyez-le ou non, elle incite vivement au binge-watching! Retour à l’époque des bipeurs : on est propulsé en 1987, dans un décor de guerre froide, où Reagan fait fureur et l’univers des comics est à son apogée.

Marcus est à la rue, il n’a personne et est recherché par la police car il est soupçonné d’avoir mis le feu au foyer dans lequel il vivait en ayant tué tous ceux qui y résidaient. En prenant la fuite il obtient l’aide de mystérieux lycéens qui l’amènent à un certain Maître Lin. Ce dernier dit pouvoir lui offrir une toute nouvelle vie.

Les nostalgiques de l’adolescence trouveront leur compte ici, non seulement l’épisode 4 nous offre un bel hommage au Breakfast Club (film sorti en 1985), mais en plus cette série a toutes les caractéristiques d’une bonne série pour ados !  Le héros n’est rien d’autre qu’un orphelin qui veut venger ses parents et débarque dans une nouvelle école. Détesté de tous et avec une réputation bien sale, il se trouve très tôt nez à nez avec son ennemi juré, son futur meilleur ami et la fille de ses rêves. Comme toute série adolescente bien américaine, on n’omet pas non plus le passage obligé à la cafétéria du lycée laissant place aux différents groupes sectaires : les suprématistes blancs, les Noirs, les Asiatiques, les Latinos ou encore les fumeurs de weed et les marginaux. Soirées, alcool, et coups bas… Tout ce qu’il y a de plus banal dans un lycée ! Cependant une particularité demeure : là-bas, on apprend à tuer… ceux qui le méritent. Vous l’aurez compris, il ne s’agit pas d’un internat comme les autres car une simple dispute de couloir peut avoir des conséquences désastreuses. Elle y abrite les enfants des plus grands meurtriers et questionne toute morale en les formant à marcher dans les pas de leurs parents.

Chaque épisode relate l’histoire d’un des personnages à travers des scènes animées qui témoignent d’une souffrance profondément enfouie. On parvient petit à petit à comprendre ce qui fait chacun d’eux grâce à leur passé et l’esthétique de la bande dessinée n’enlève absolument rien des émotions ainsi véhiculées. Elle accentue au contraire ces moments de tourment grâce au dessin.

Deadly Class c’est une série qui donne une place très importante aux femmes en mettant bien en valeur leur force physique et mentale. Derrière les allures de pom-pom girls et de femmes fragiles se trouvent des coups de lame sans retour.

 

 

 

Vous n’aimerez pas seulement cette série parce qu’elle rend accro ou parce que la bande originale nous ramène au bon vieux rock des années 80, mais surtout pour son côté sombre. Loin du politiquement correct, elle véhicule des images perturbantes et montre des personnages sans pitié, rattrapés par leurs péchés capitaux. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, elle parvient même à nous surprendre !

Yasmine ESSABAA