JE T’AIM3 – La trilogie de l’amour

Posted by in Films

(Kub/Cristo/Leila Sy, 2019)

En citant son Kickstarter JE T’AIM3 est « une trilogie de courts-métrages réalisée par un trio de réalisateurs – Leïla Sy, Cristobal Diaz et Lucas “Kub” Fabiani. Trois films qui explorent les thématiques de l’amour, du sexe et de la relation de couple, sous des formes originales et inattendues, en évitant le moment de la passion et de l’idylle amoureuse qui parait moins intéressant et trop souvent abordé au cinéma ». Concrètement il s’agit de trois court-métrages réalisés chacun par un réalisateur différent et ayant comme acteur principal le rappeur Vald. Très impliqué sur le projet, ce dernier a massivement aidé à réunir les fonds nécessaires aux films en appelant sa communauté dans un Kickstarter.

La trilogie dépeint l’histoire d’un couple, Vincent et Lou, dans trois étapes de leur vie : l’innocence de la rencontre, le romantisme dans la banalité et la violence de la rupture. Bien qu’ils soient réalisés par trois réalisateurs distincts les films gardent une direction artistique commune. En effet Kub et Cristo sont depuis longtemps les réalisateurs des clips de Vald (Ma Meilleure Amie, Vitrine, Eurotrap, Gris…) et Leïla Sy est une bonne amie à eux. Bien qu’ils ne traitent pas des mêmes thèmes, chaque court-métrage souhaite intégrer son récit à une problématique : vivre dans notre société moderne (surinformation des réseaux sociaux, Uber, Tinder…). Le but de la trilogie n’est pas de critiquer cette société, elle est juste là, les personnages vivent avec. Enfin les réalisateurs se sont imposés une autre contrainte : imposer une couleur du modèle RVB (Rouge-Vert-Bleu) dans chaque film pour représenter ce système qui utilisé dans tous nos « écrans » aujourd’hui (smartphones, télévisions ou ordinateurs).

Résultat de recherche d'images pour "je t'aim3 la trilogie de l'amour"

Bien qu’elles soient très imparfaites, il ressort de la réalisation un côté amateur très appréciable. On sent que le boulot n’est pas coordonné par une grosse boîte de production et est très libre. De ce côté amateur nait une proposition de plein d’idées innovantes mais qui ne marchent pas toujours. Les couleurs sont très présentes (trop pour moi) à un point qu’on a l’impression de voir un film expérimental méta alors qu’on aurait pu croire que le but était de faire un rendu proche de la réalité. Certains films marchent mieux que d’autres, le premier est je trouve le plus bancal (la discussion « drague » entre Vincent et Sarah tourné en plan séquence balancier fait juste mal à la tête) même si quelques plans sont bien réalisés (la fête notamment). Les deux autres sont plus corrects et le dernier est même bon.

Image associée

Vald n’est pas un acteur. Mais pourtant il s’en sort assez bien ! Il arrive déjà la lourde tâche de faire oublier le rappeur et d’être vraiment un personnage (ce qui est difficile quand on est connu et encore plus quand on n’est pas acteur). Ce n’est vraiment pas le plus ridicule. Globalement les acteurs ne sont pas très bons, leurs jeux sonnent généralement faux. Je ne sais pas si les films ont été tourné par ordre chronologique ou si c’est du à la gestion des acteurs selon le réalisateur mais leurs niveaux s’améliorent avec le temps (sauf Hiba Abouk, elle ça ne s’arrange jamais c’est une horreur). Mais pourtant de ce jeu assez mauvais ressort un côté innocent et vrai qui là encore marche avec l’objectif du projet.

JE T’AIM3 – La trilogie de l’amour n’est pas un chef d’œuvre mais son côté indépendant et libre lui donne un vrai cachet. Je ne le recommanderais pas à tout le monde mais elle est une petite curiosité que l’on peut apprécier.

Cédric AMUAT