Green Book, sur les routes du sud

Posted by in Films

Peter Farrelly, 2018

Dans l’Amérique des années 60 Tony, un videur de cabaret avec de légers problèmes de violence diront nous, est obligé de se mettre en quête d’un emploi après la fermeture de la boite de nuit ou il pétait la gueule…. où il travaillait. Il est recommandé pour devenir le chauffeur d’un mystérieux docteur qui s’avérera être l’un des pianistes les plus doué de sa génération, Don Shirley. Seul hic, ce pianiste est noir et entreprend une tournée dans le sud des US, endroit peu réputé pour son ouverture d’esprit. Au cours de leur périple les deux hommes apprendront à s’apprivoiser et ce faisant ils se découvriront eux-mêmes.
On retrouve ici un Viggo Mortensen très convaincant dans son rôle de chauffeur mal dégrossi au grand cœur et Mahershala Ali dans un rôle tout en douceur et en fragilité. La plus grande qualité de ce film s’il faut en relever une est la manière très digne dont sont abordés des thèmes très compliqués comme le racisme, la solitude ou l’alcoolisme. Ici pas de jugements ou de lamentations mais bien au contraire la confrontation de deux personnalités contraires qui se retrouvent par hasard à devoir lutter contre la bêtise de leurs semblables.
Les autres qualités de ce film (il en a plein c’est indécent) sont bien-sûr la musique, avec de superbes scènes de concert ou l’on le voit le Don en transe sur son piano s’abandonnant un temps à son art oubliant ainsi le racisme de son auditoire. La beauté des plans qui montrent une Amérique profonde que l’on ne connait que très peu (qui est déjà allé dans le Kentucky sérieusement c’est pire que l’Auvergne).
En définitive ce qui ressort de ce film, c’est la complexité des relations entre les personnages. Shirley a réussi dans la vie mais est exclu socialement des noirs comme des blancs. Intelligent et cultivé mais pas pour autant heureux Alors que Tony n’a pas « réussi » dans la vie mais a une famille aimante. On assiste donc à une  confrontation de deux visions du monde qui deviennent complémentaire.
La liste des atouts de ce film serait encore longue mais c’est une vraie petite pépite que nous propose ici Peter Farrelly.

Ce film est pour vous si :
– Vous aimez les histoires d’amitié
– Vous voulez entendre ou découvrir Don Shirley et son jazz aux influences classiques
– Vous ne connaissez pas le Kentucky et vous voulez découvrir

Ce film n’est pas pour vous si :
– Vous n’aimez pas le Kentucky
– Vous êtes racistes
– La vue d’Aragorn (rôle mythique de Mortensen) avec 20 ans de plus et autant de kilos vous est trop désagréable

Don Shirley en une chanson : https://www.youtube.com/watch?v=YR9d1l6oOxI

 

Maxime VINIANE