Seven Sisters

Posted by in Films

(Tommy Wirkola, 2017)

 

Dans le dernier film de Tommy Wirkola, Seven Sisters (titre original : What Happened to Monday ?), l’actrice Noomi Rapace se multiplie par sept pour interpréter les sœurs Settman.

Cette dystopie nous plonge en 2073. La Terre est surpeuplée, les techniques pour faire face à la pénurie de ressources a aggravé la surpopulation en donnant lieu à des anormalités génétiques à la naissance, notamment des naissances multiples. Le Bureau des allocations des naissances est alors chargé de faire respecter une politique d’enfant unique. Le premier né a le droit de vie, les autres se voient congelés en attendant qu’une solution à la surpopulation soit trouvée. C’est dans ce contexte que les septuplées Settman voient le jour. Leur mère étant morte en couches, c’est leur grand-père qui va prendre soin de les élever et de les cacher. Pour cela, il va les affubler chacune d’un jour de la semaine, lequel elles auront le droit de sortir en partageant la même identité : celle de Karen Settman. Pendant plus de 20 ans, elles parviennent à vivre dans le secret, jusqu’au jour où Lundi disparaît.

Le film met en avant les problèmes actuels de notre société, la surpopulation et le manque de ressources, qui servent de prétexte pour contextualiser le film et parler du droit à la vie et de l’organisation d’une société entièrement contrôlée par le gouvernement, un peu à la George Orwell dans 1984, grâce à l’évolution de la technologie et à l’omniprésence de patrouilles sans restriction pour faire respecter la loi. La famille a également une place importante dans ce film où les septuplées, toutes à la personnalité très différente, évolue ensemble quasi cloitrées dans leur petit appartement d’où elles ne sortent qu’un jour par semaine. On voit les relations qui unient les différentes sœurs, complexes et uniques.

Cette complexité est due au travail de Noomi Rapace qui à elle seule joue les sept personnages principaux. Elle a su forger une personnalité à chaque sœur, si bien qu’on les distingue autant par le jeu d’acteur que par les petites différences qu’elles arborent (coupe de cheveux essentiellement). Le tournage a dû également être très technique, avec de nombreux plans montrent plusieurs sœurs ensemble et de face, pour pouvoir rendre crédible la performance de Noomi. Le scénario n’est pas bateau mais bien crédible, il y a très peu d’incohérence et il faut pour beaucoup un second visionnage pour capter toutes les subtilités et explications. Les idées de ce film sont originales, et les dénouements ne sont pas là pour satisfaire le spectateur mais réalistes (contrairement à de nombreux films, il n’y a pas de sauvetages miracles grâce à la force de l’amour). Les retournements de situation sont nombreux, et à l’inverse de la plupart des films d’actions, la fin est imprévisible. L’ennemi, représentée par Nicolette Cayman interprétée par Glenn Close, n’est pas manichéen mais motivé par un vrai souci humaniste (qui rappelle un peu Thanos dans Avengers : Infinity war).

Cette dystopie, en plus d’être crédible et complexe, prend la forme d’une course poursuite dans laquelle les sœurs Settman tentent de comprendre ce qui leur arrive. Ambitieux et convaincant, Seven Sisters vaut le détour.

Léana PAQUET