En liberté !

Posted by in Films

(Pierre Salvadori, 2018)

 

8 ans. Pour Antoine, ces 8 ans représentent 8 années de sa vie perdues à clamer son innocence en prison pour le vol d’une bijouterie qu’il n’avait pas commis. Pour Yvonne, ce sont 8 années vécues dans le mensonge, dans l’héroïsation de son époux qui était en réalité un policier corrompu.

Alors qu’Antoine (joué par Pio Marmaï) sort enfin de prison et part retrouver sa fiancée Agnès (jouée par Audrey Tautou) qui l’attendait désespérément depuis 8 ans, Yvonne (jouée par Adèle Haenel) apprend la vérité sur son époux – un policier ripoux – et sur Antoine condamné à tort pour couvrir les véritables commanditaires du cambriolage (dont son époux). Mais 8 ans à vivre dans un univers où tout le monde vous considère et vous traite en coupable ont détruit Antoine qui ne sait plus qui il est, malgré les efforts incessants d’Agnès. Yvonne quant à elle va alors se mettre à suivre discrètement Antoine pour veiller à sa réinsertion jusqu’à ce que plusieurs quiproquos les fassent se rencontrer.

Cette comédie n’est en rien une banale incarnation du genre des comédies policières. Bien au contraire ! Elle représente une fraîcheur et une originalité qui la distinguent. Drôle, comique, touchante et attachante, la rencontre de ces deux personnages va vous subjuguer. En effet, Antoine va voir en Yvonne la seule personne qui semble le comprendre, comprendre cette folie qui émane de lui, lui donner raison face à l’injustice dont il a été victime. Yvonne, elle, va pouvoir renaître depuis la mort de son mari, Antoine va lui donner la force d’aimer à nouveau, de refaire sa vie. Cette reconstruction d’âmes dévastées ne se perd jamais dans le mélodrame sans pour autant rester sur le simple registre de la comédie. C’est cet équilibre parfaitement maintenu tout au long du film grâce à un scénario qui ne laisse place à aucune faille qui assure aux spectateurs de s‘immerger totalement, en riant beaucoup, en s’émouvant parfois.

De même, la performance des acteurs assure au film une qualité remarquable. Adèle Haenel incarne magnifiquement son personnage, troublante et troublée, en perdition ; Pio Marmaï interprète à merveille la folie et la quête de sens desquelles Antoine essaie d’émerger ; Audrey Tautou joue pleinement la dévotion et l’amour d’Agnès voués à Antoine. Et enfin, c’est un Vincent Elbaz (qui joue le mari d’Yvonne) qui se laisse manipuler selon les humeurs d’Yvonne mais qui ne vous lassera jamais de ses cascades, de ses aventures.

Ajoutez des touches d’humour venant d’autres personnages (un assassin qui essaie de se rendre, des adeptes de pratiques sadomasochistes…), une histoire d’amour aussi romanesque que bienveillante, les rêves touchants d’un petit garçon qui a perdu son père ; puis créez un peu de fantaisie, de burlesque et rajoutez encore des scènes de violence qui ne pourront que susciter le rire en vous et vous comprendrez mieux en quoi cette comédie se différencie et est unique.

Nul ne peut rester indifférent face à cette nouvelle comédie qui renouvelle le genre et assure aux spectateurs de suivre une réinsertion et un affranchissement de deux personnages, d’un jugé coupable de vol et d’une policière, de deux opposés, de deux êtres aux antipodes et qui pourtant vont se sauver mutuellement.

Mathieu DOUZIECH