Memoir of a Murderer

Posted by in Films

(Won Shin-yun, 2017)

Adaptation du roman Ma mémoire assassine de Kim Young-ha publié en 2013, Memoir of a Murderer retrace l’histoire de Byeong Su (Seol Kyeong-gu) ex-tueur en série qui a cessé toute activité criminelle depuis 17 ans à cause d’un accident. A présent, l’ancien serial killer consacre tout son temps à son unique fille Eun Hee (Kim Seol-hyun) tout en se voyant confronté à un nouvel obstacle : l’Alzheimer. Un jour, une nouvelle vague de meurtres en séries survient, voulant protéger sa fille, notre héros va tout faire pour savoir qui est à l’origine de ces massacres cependant une question se pose : est-ce un nouveau tueur en série qui s’est installé dans le voisinage ou est-ce sa mémoire qui lui cache la vérité ?

Du début jusqu’aux dernières secondes du film, Won Shin-yun nous plonge dans la tête du héros, et nous fait réfléchir comme si on était à sa place, comme si on était lui, un ex-tueur en série atteint d’Alzheimer. Le film se résume à une enquête pendant laquelle nous, spectateurs, devons déceler le vrai du faux comme le héros. Et comme ce dernier, nous sommes perdus, nous ne savons plus ce qui est vrai, ce qui est faux et ce que notre mémoire nous cache. Won Shin-yun réussie à nous perdre dans ce labyrinthe mental et arrive très bien à nous faire penser comme l’ex-serial killer.

Comment parvient-il à nous faire voir à travers les yeux du héros ? Tout d’abord par un montage brouillé effectué à la perfection qui finit par nous égarer dans sa tête en imageant très bien les pertes de mémoires, les flashbacks et par conséquent les indécisions. On pense tout au long du film savoir la vérité, mais on se retrouve perdu encore et encore sans pouvoir trouver la vérité jusqu’à la fin du film nous laissant alors plusieurs interprétations possibles. Par ailleurs, l’excellent jeu d’acteur de Seol Kyeong-gu, grand acteur sud-coréen interprétant Byong Su, contribue également à nos doutes et à la manipulation de notre mémoire en nous jouant un homme troublé, luttant sans répit contre sa maladie.

Finalement, ce film est un merveilleux mélange entre un thriller psychologique parfaitement ficelé qui nous égare, nous captive et un drame familial sur la maladie qui nous émeut. Ce film peut donc toucher tout le monde soit par son côté angoissant ou par son côté touchant.
On peut donc dire, que ce film est un succès, un excellent thriller qui est surement un des meilleurs en Corée du sud depuis de nombreuses années, on peut supposer qu’il restera gravé dans notre mémoire.

Aurélie GIRARD