La Boum

Posted by in Films

(Claude Pinoteau, 1980)

Monument des comédies romantiques françaises, qui n’a jamais vu La Boum au moins une fois ? Comment ne pas s’identifier à Vic lorsque l’on est une adolescente ? Sa vie, si banale et pourtant si pleine de péripéties est un condensé de ce que vivent ou de ce qu’ont vécu toutes les jeunes filles à cet âge où l’on se découvre. A 13 ans, Vic est une fille comme les autres, elle vit avec des parents qui se déchirent, passe des heures au téléphone avec sa meilleure amie Pénélope, imagine sa première boum et pense déjà aux garçons. Lorsqu’elle rencontre Mathieu, son cœur chavire et tout change… Les caméras vont alors suivre la jeune fille dans les coups durs comme dans les meilleurs moments.

Claude Pinoteau a su retracer avec justesse la vie d’une adolescente comme les autres. A cet âge, on considère chaque petite contrariété ou problème comme une affaire d’Etat, on se dispute pour un oui ou pour un non avec ses parents, on passe du rire aux larmes en une fraction de seconde mais surtout, on se découvre soi-même. L’adolescence dans ce film est retranscrite principalement d’un point de vue féminin, les garçons semblent presque être des éléments de décors, les filles en tombent amoureuses, les rejettent sans scrupules, les regrettent, les idolâtrent, les détestent sans jamais arrêter de parler d’eux. Ils sont l’un des sujets principaux du film sans en être réellement acteurs. Il faut donc bien avouer que La Boum est un film qu’on peut qualifier de « film de filles ».

Bien évidemment, on ne peut pas passer à côté de la prestation des acteurs comme le duo Claude Brasseur/Brigitte Fossey, qui interprètent les parents de Vic ou encore l’incroyable Denise Grey dans son rôle de grand-mère déjantée tellement attachante et prête à tout pour sa petite-fille. Mais la plus belle révélation de ce film reste inévitablement Sophie Marceau dans le rôle de Vic. Déjà si belle et pourtant si jeune mais surtout particulièrement talentueuse, elle incarne à la perfection cette adolescente en pleine crise et ses petits tracas amoureux. Personnage principal du film, elle en est l’essence et représente très certainement la principale cause du succès rencontré par le film.

Ecrire sur La Boum sans parler de l’emblématique musique de Richard Sanderson, Reality, serait un affront. Cette chanson intervient à un moment clé du film : lorsque Mathieu invite enfin Vic à danser pendant cette boum tant attendue. Alors bien sûr, elle est devenue une des chansons d’amour de films les plus connues par les français aux côtés de Time of my life ou encore My heart will go on. Au travers de ce film et de sa bande originale, vous redécouvrirez les plaisirs des slows, du quart d’heure américain et plus largement, de vos premières boums.

Alors, installez-vous confortablement dans votre canapé pour admirer les plus beaux monuments du centre de Paris tout en suivant le passage de l’enfance à l’adolescence de la tumultueuse Vic et laissez-vous emporter par l’une des plus belles comédies romantiques françaises qui, malgré les années, n’a pas pris une ride.

Claire TABORET