Sense8

Posted by in Séries

(Lana & Lilly Wachowski, Joseph Michael Straczynsk, 2015)

 

Dans un monde – le nôtre qui sait ? – où une autre espèce humaine existe secrètement, l’homo sapiens sensorium, un nouveau « cercle » naît, connectant huit personnes aux quatre coins du monde : une femme hacker homosexuelle anciennement transsexuelle à San Francisco, une DJ islandaise dont le passé la hante, une bourgeoise indienne perdue dans ses choix notamment son mariage, un acteur mexicain qui cache son homosexualité aux médias, une femme d’affaires sud-coréenne tiraillée entre son frère diabolique et ses devoirs familiaux, un cambrioleur berlinois faisant face à de nombreux rivaux, un chauffeur de bus kenyan prêt à tout pour guérir sa mère atteinte du Sida et enfin un flic de Chicago. En tant que « cercle », ils sont reliés les uns aux autres : ils ressentent les mêmes émotions, ont les mêmes capacités et peuvent même fusionner c’est-à-dire agir les uns à la place des autres.

Chaque histoire, chaque profil met en lumière des problèmes humains, des problèmes de société (le harcèlement, l’homophobie, le mariage, la mort, la religion etc) qui n’ont pas la même ampleur selon les pays. Par exemple, l’acteur Lito a dû cacher sa sexualité au Mexique, pays très catholique, mais aussi au monde du cinéma, des médias, des people. Il y a une très grande critique de l’homophobie quand on voit la réaction de la presse quand elle découvre la nouvelle. Cet engagement a d’ailleurs été récompensé : Sense8 a gagné le GLAAD Media Awards (Gay & Lesbian Alliance Against Defamation qui récompense les œuvres/rôles qui défendent la cause LGBT) de la meilleure série dramatique en 2016. Et c’est en cela que cette multitude de profils rend la série Sense8 unique : elle prône tolérance, joie, persévérance, confiance, diversité à travers leurs mésaventures. Ensemble, ils se retrouvent, ont peur, font l’amour, se battent, se remémorent des souvenirs et tout cela, à l’unisson. Grâce à cela mais aussi aux capacités et aux informations que chacun détient, le cercle entier tente de se défendre contre la BPO, organisation gouvernementale qui tente d’éradiquer leur espèce. Et tout cela, en parallèle de leurs propres problèmes.

Créer une nouvelle espèce aurait pu être un pari risqué pour les réalisateurs : comment rendre cela cohérent et plausible ? Comment leurs amis et ennemis réagissent face à leurs nouvelles identités mais aussi leur soudaine capacité à parler différentes langues par exemple ? Le défi est pourtant relevé haut la main par les réalisateurs Lana et Lilly Wachowski et Joseph Michael Straczynski qui parviennent à tout expliquer : quelle substance provoque ces changements, comment cela fonctionne…

Mais cela a un coût. Et oui, multiplier certaines scènes par huit, transporter toute une équipe à l’international a un prix et c’est pour cela que Netflix a annoncé la fin de Sense8 en 2017, malgré les négociations avec le casting pour une troisième saison. Mais bonne nouvelle ! Face aux nombreux messages, tweets, pétitions des fans suite à l’annonce, un ultime épisode de deux heures est prévu pour 2018 pour répondre à toutes les questions que la saison 2 a posées. Elle s’est d’ailleurs déroulée en partie à Paris, en France (avec la fameuse histoire du feu d’artifice à la Tour Eiffel qui en avait effrayé certains) ! Malgré cette fin précipitée, il faut voir Sense8 pour ce qu’elle défend mais aussi simplement parce que c’est une série absorbante, pleine d’action et de drama.

 

Agnès Sanjivy