Wind River

Posted by in Films

Wind River (Taylor Sheridan,2017)

 

Entre alcools, drogues et meurtres, les quelques habitants de la réserve indienne de Wind River vivent dans une situation quasi anarchique où la plupart des crimes restent non-résolus. En effet, ce territoire aussi vaste qu’hostile est pourtant couvert par bien peu d’agents. Cory Lambert, chasseur pour le United States Fish and Wildlife Service, découvre pendant une journée de travail le corps sans vie d’une adolescente dans la neige. Le FBI envoi alors un jeune agent, Jane Banner, qui comprend vite qu’elle sera presque livrée à elle-même pour cette enquête. Très vite elle se tourne vers notre chasseur et ses talents de pisteur pour l’aider à résoudre cette affaire. Mais comment retrouver un meurtrier avec si peu de moyens dans un milieux où la Terre est aussi dangereuse que ceux qui la peuplent ?

Wind River est un film qui prend le temps de nous montrer l’environnement dans lequel doivent évoluer nos protagonistes. Ainsi l’enquête est aussi une découverte pour l’envoyée du FBI de la situation critique de ce milieu où l’on est incapable de recenser le nombre de femme disparues. Taylor Sheridan met en scène une nature impitoyable qui n’épargnera que ceux qui survivront au froid glacial, aux loups ou même aux cougars qui peuplent la région. Néanmoins, le film traite d’un tout autre danger : les atrocités que l’homme peut commettre.

 L’œuvre jongle entre des scènes calmes qui nous permettent de découvrir nos personnages et des scènes d’actions qui incarnent la dangerosité d’enquêté dans une telle région. Les paysages sont beaux et accentuent l’immensité d’un territoire où on est contraint de se déplacer en motoneige, même pour enquêter. Heureusement, Taylor Sheridan, pense à justifier au fur et mesure du film, pourquoi notre héros s’implique autant dans cette enquête alors que d’autres se seraient contenter de mettre à l’écran le traditionnel héros américain au grand cœur.

La scène qui présentera l’élément de résolution au spectateur fait de ce film qui se regardait, un bon film. Grâce à un flash-back à la mise en scène très inattendue le réalisateur nous présente l’origine de la plupart des maux qui peuplent cette terre. Une scène froide et dure, qui prive spectateur et victime de toute échappatoire. On appréciera l’apparition de notre Mister Punisher, Jon Bernthal, qui incarnera parfaitement son rôle dans cette scène clé du film. Si le spectateur peut être surpris d’apprendre la vérité bien avant la fin du film, pas d’inquiétude les dernières minutes sont également d’un grand intérêt et contribueront à la réussite du film.

Wind River a donc tout d’un bon film. Du suspens, une morale, une histoire qui aurait pu être vraie, c’est aussi un bon moyen de traiter une problématique qui fait très souvent la une aux Etats-Unis malgré une quasi absence de changements. L’œuvre du scénariste de Sicario est donc à ne pas manquer, surtout pour toutes les amatrices et tous les amateurs de paysages sublimes et de thrillers.

Julien Huygebaert