Dirty Dancing

Posted by in Films

 (Emile Ardolino, 1987)

Un décor des années soixante, une famille typique en vacances… Tout semble plutôt ordinaire jusqu’au moment ou Bébé, la plus jeune des deux sœurs, découvre le milieu de la danse. De nature réservée et sage, la jeune fille va devoir dépasser ses limites. Si, dans un premier temps, elle est intimidée non seulement par les chorégraphies mais aussi par le beau professeur Johnny Castel, elle se laisse rapidement aller dans cette douce aventure dansante.

Dirty Dancing incarne la rencontre frontale entre deux mondes : celui de la bourgeoisie face à celui du peuple. Bébé et Johnny appartiennent à deux mondes différents et pourtant, dans la danse, ils ne sont plus qu’un. Ainsi, la danse est mise à l’honneur comme un moyen d’apaiser les mœurs et de réunir tous les milieux sociaux, quels qu’ils soient. Cependant, cet aspect est peu exploité puisque l’intrigue principale se déroule sur fond d’histoire à l’eau de rose. Il faut bien se l’avouer, Dirty Dancing est un film d’amour, certes, mais un film d’amour niais. Tout y semble trop facile, comme si l’amour était la solution à tous les problèmes. En effet, Bébé apprend les danses avec une facilité déconcertante qu’on a du mal à imaginer possible dans la vie réelle, elle brave tous les dangers pour l’homme qu’elle aime… C’est ainsi une romance plutôt légère malgré les sujets sérieux qui y sont évoqués comme l’avortement ou encore le fait que Johnny soit un gigolo.

Les deux acteurs principaux Jennifer Grey et Patrick Swayze portent le film. L’alchimie qui les lie à l’écran est évidente et ce, malgré la mésentente des deux acteurs dans la vie réelle. On les retrouve complices particulièrement à l’occasion des scènes de danses très sensuelles. D’ailleurs, Patrick Swayze, souvent torse nu, se révèle extrêmement charismatique et nous fait parfois oublier la présence de Jennifer Grey.

Pourtant, les deux acteurs ne sont pas le seul vecteur essentiel du film puisque Dirty Dancing ne serait rien sans son emblématique musique Time of my Life et sa chorégraphie finale. En effet, la scène du porté montre bien qu’on ne doit pas laisser Bébé dans un coin et qu’elle est capable de grandes choses grâce à sa volonté et à son séduisant professeur. Malgré des dialogues parfois un peu creux, les danses, elles, nous transportent, font virevolter notre cœur et nous impliquent dans la romance de Bébé et Johnny.

Ainsi, Dirty Dancing est un film qui, malgré sa niaiserie, vous changera les idées et vous fera oublier vos problèmes. Il est bien évidemment conseillé aux cœurs tendres et aux amateurs de comédies romantiques bien qu’il puisse plaire à un public bien plus large. Alors, fermez les yeux et laissez vous aller le temps d’une danse…

Claire TABORET