Les figures de l’ombre

Posted by in Films

       

                                                                                 (Theodore Melfi,2017)

Les figures de l’ombre c’est l’histoire vraie de trois américaines noires qui ont participé à la conquête de l’espace par les Etats-Unis dans les années soixante. A une époque où la ségrégation était flagrante, où noirs et blancs vivaient (théoriquement) avec les mêmes droits mais séparément, nous suivons ces employées de la NASA qui tentent tant bien que mal de mettre à profit leurs talents pour la cause américaine malgré les discriminations qu’elles subissent.

En pleine guerre froide, Soviétiques et Américains sont au coude à coude concernant la conquête de l’espace. Les talents de ces jeunes femmes pourraient bien faire la différence mais comment faire quand toutes les institutions en place discriminent à la fois les femmes et les gens de couleur ? Alors pourquoi ne pas profiter de ces grands enjeux spatiaux pour servir une cause plus grande ?

Taraji P. Henson, Octavia Spencer et Janelle Monae interprètent respectivement Katherine Johnson, Dorothy Vaughn et Mary Jackson.  La première est chargée d’aider les savants de la NASA dans leurs calculs impossibles qui permettront peut-être la mise en orbite des satellites américains alors que Dorothy Vaughn pourrait bien être la seule à savoir comment utiliser le révolutionnaire calculateur IBM. Mary Jackson est elle en passe de devenir la première femme noire ingénieure de la NASA. Mais comment y arriver quand les toilettes pour femmes noires sont à plus de 1 kilomètre de leur lieu de travail ou que les écoles d’ingénieurs et les postes à responsabilité sont << réservés aux blancs >> ?

Alors Les figures de l’ombre c’est la belle histoire de trois héroïnes qui vont se battre pour faire bouger les choses mais surtout d’une Amérique qui commence à comprendre que c’est aussi dans l’intérêt du pays que ségrégation et discrimination disparaissent. Leur engagement pour un pays qui leur met tant de bâtons dans les roues est touchant et très bien mis en scène. Les trois amies ont quelques années d’écart et cela se ressent très bien à l’écran. La plus âgée est la plus pragmatique et lutte plus pour conserver un emploi à ceux qui l’entourent que pour l’égalité. Katherine, qui est un peu moins âgée et très modeste semble accepter dans un premier temps la discrimination, cependant, dans l’incapacité de faire le travail capital qu’on lui demande avec si peu de libertés elle finit logiquement par exploser. Janelle Monae interprète elle un personnage bien plus jeune, rebelle et audacieux. Ce décalage entre les trois femmes est un très bon moyen pour mettre en scène une Amérique qui change. On suivra donc leur évolution à la NASA dans une période cruciale pour les Etats-Unis.

Malheureusement Les figures de l’ombre rate le coche pour ce qui est de la case suspense. Alors que dans Imitation Game Morten Tyldum parvenait à nous faire douter de l’Histoire, ici les doutes ressentis par le spectateur sont bien rares. Pourtant les deux films traitent de thématiques très proches mais tout s’agence un peu trop bien pour nos héroïnes. On n’arrive pas vraiment à ressentir de moments de désespoir ou à entrevoir des échecs qui s’enchainent. On ressent plutôt que les barrières empêchant l’égalité tombent une à une tout au long du film. Les quelques moments de suspens n’en sont donc pas vraiment. Même concernant la conquête de l’espace car on croit en nos héroïnes et en une solution de leur part qui conduirait à une avancée pour leurs droits.

L’œuvre de Théodore Melfi reste un film à voir pour son côté historique et parce qu’il raconte une belle et inspirante histoire. Les amateurs de rebondissements, eux, feraient mieux de passer leur chemin.

                                                                                                                                           

                 Julien HUYGEBAERT