Princesse malgré elle

Posted by in Films

(Garry Marshall, 2001)

A San Francisco, une jeune fille, Mia. Mia Thermopolis qui mène une vie calme et paisible avec sa mère, une jeune fille pas spécialement jolie, pas du tout populaire, une jeune fille entichée du plus beau garçon du lycée, une lycéenne comme les autres. Pourtant, sa vie va changer du tout au tout. Une femme élégante et distinguée se présente un jour chez elle pour lui annoncer qu’elle est sa grand-mère et également reine du royaume de Génovie. Mia doit donc devenir la future régente de ce royaume. Pour ce faire, elle doit recevoir une « éducation royale » extrêmement stricte. La jeune et timide Mia se transforme physiquement et mentalement et prend conscience du poids qui pèse sur ses épaules face aux problèmes quotidiens d’une princesse.

Cette réalisation reprend tous les codes du Disney en y intégrant avec humour les problèmes de la vie de chaque adolescent. Le regard des autres, l’importance de l’apparence, la méchanceté des jeunes, la hiérarchie au sein des lycées en fonction de la popularité… Tous ces éléments permettent à chaque adolescent qui regarde le film de s’identifier à un moment ou un autre à l’un des personnages, qu’il s’agisse du beau gosse, de la peste ou encore du meilleur ami transi d’amour pour l’héroïne.

Il s’agit d’un joli film sur l’importance de l’amitié face aux aléas et aux changements de la vie. En effet, la meilleure amie de Mia, Lilly, ne la quittera jamais, la soutiendra toujours malgré leurs disputes. C’est aussi un message fort concernant les liens du sang avec la force des liens mère/fille et grand-mère/petite-fille. Mia va en très peu de temps s’attacher à cette grand-mère royale un peu guindée et même lui faire découvrir des activités typiquement américaines comme la conduite ou même la dégustation d’un hot dog.

Bien évidemment, l’amour est à l’honneur avec le choix presque philosophique que la jeune fille doit faire entre la beauté physique et la beauté du cœur. Mais il est aussi en arrière-plan avec la douce romance impossible à cause de la différence de classe sociale de Clarisse (la grand-mère) et de Joe (le chauffeur). Malgré ses airs de film niais et doucereux, Princesse malgré elle nous amène à réfléchir sur les valeurs essentielles de l’amour et de l’amitié mais aussi sur l’importance de l’apparence physique dans notre société actuelle.

Anne Hathaway et Julie Andrews portent le film avec brio mais surtout avec beaucoup d’humour. Complices et talentueuses, ces deux actrices pleines d’auto dérision font de ce film Disney une magnifique œuvre cinématographique qui ravira les adolescents mais fera également rire leurs parents. Et vous, que feriez-vous si vous deveniez prince/princesse d’un royaume du jour au lendemain ?

Claire TABORET