Todo sobre mi madre

Posted by in Films

(Pedro Almodóvar, 1999)

Manuela est une infirmière et mère célibataire vivant à Madrid avec son fils Esteban. Cherchant constamment à lui faire plaisir, et sachant son fils passionné de littérature, elle décide pour fêter ses 17 ans de l’inviter au théâtre, afin d’assister à la représentation de la pièce « Un Tramway Nommé Désir ». A la fin de cette dernière, Esteban, souhaitant un autographe d’une des actrices principales Uma Rojo, patiente à la sortie et se fait alors renverser par une voiture. Manuela ayant perdu son fils, il ne lui reste plus rien mis à part des souvenirs. Elle décide alors de partir pour Barcelone qu’elle a quitté 17 ans plus tôt, elle y retrouve son ami transexuel Agrado et y rencontre Sœur Rosa, interprétée par Penelope Cruz. Cette dernière par son histoire, va faire réapparaître dans la vie de Manuela le père d’Esteban, portant aujourd’hui le prénom de Lola.

Sorti en 1999 et réalisé par Pedro Almodóvar, Todo Sobre mi madre (tout sur ma mère), a reçu de nombreux prix, allant du prix de la mise en scène au festival de cannes en 1999, jusqu’aux oscars en 2000. L’œuvre d’Almodóvar est une ode aux femmes, à toutes les femmes. Ainsi il dédie ce film à trois grandes icônes féminines du cinéma, Bette Davis, Gena Rowlands et Romy Schneider, ainsi qu’à sa mère. Par son film et son casting en grande partie féminin, Almodóvar célèbre la femme qu’il s’agisse de la mère, de la prostituée, ou du transexuel. Il entrelace les histoires de ces femmes si différentes au premier abord, les rapproche et montre qu’elles sont avant tout chacune des femmes. Le réalisateur met en avant leur sensibilité mais également leur force sans pour autant dresser le cliché de la femme forte et indépendante. En effet Almodóvar brise les tabous et n’hésite pas à évoquer la séropositivité, l’homosexualité, le transexualisme, l’Alzheimer. Tout cela réuni dans un même film, pourrait paraître irréaliste et peu crédible. Pourtant la parfaite mise en scène embarque le spectateur dans les épreuves quotidiennes que toutes ces femmes subissent sans que cela ne semble incongru.

Le mélange des genres est habituel dans les œuvres d’Almodóvar, et Todo sobre mi madre n’y échappe pas. Le réalisateur espagnol mêle parfaitement comédie et drame. Il peint le portrait de femmes pour certaines aux mœurs légères, sans les pointer du doigt pour autant. Aucun jugement n’y est émis, au contraire, Pedro Almodóvar montre que toutes ces personnes n’en restent pas moins des êtres humains, des femmes touchantes, avec leurs forces et leurs faiblesses. Un scénario émouvant, accompagné d’une bande originale, réalisée par Alberto Iglesias, qui l’est tout autant.

Ainsi, Almodóvar comme à son habitude nous livre une œuvre irrévérencieuse, bien loin des mœurs traditionnelles, mais toujours à travers un esthétisme parfait.