Frère des ours

Posted by in Films

(Disney, 2003)

 

Lorsque Kenai, un jeune indien se retrouve face à un ours à la suite de son imprudence, ses deux frères lui viennent en aide. Malheureusement, l’un d’eux y laisse la vie. Kenai, pour venger son frère, se lance à la poursuite de l’ours fautif et le tue. Cependant, les esprits, joueurs et désireux d’apprendre au jeune homme les valeurs d’un homme de bien, décident d’agir et transforment Kenai en un jeune ours. Il fait la rencontre d’un petit ourson un peu trop bavard, Koda. Ainsi commence leur périple vers le fameux « Rendez-vous des saumons » où, Kenai l’espère, les choses pourront reprendre leur place initiale.

Ce film de Disney met de côté les sentiments amoureux pour se concentrer sur un amour d’une autre sorte : l’amour de sa famille. Tout comme Le Roi Lion, Frère des Ours tente de nous faire passer un message sur la famille et l’amour porté à cette dernière. Ici, hommes et ours s’opposent, pensant chacun de leur côté que l’autre est un prédateur. Aussi, ici, Disney nous incite à réfléchir sur le respect de chaque être vivant, qu’il soit humain ou animal.

En Koda, Kenai va trouver certes un petit frère mais également un ami, un ami pour lequel il serait prêt à tout, même à se sacrifier. L’amitié est ainsi mise à l’honneur puisque Kenai, au début réticent face aux demandes d’affection du petit ourson, va finir par accepter et même par apprécier le fait d’être responsable de ce petit être et de l’aimer comme s’ils étaient du même sang. Malgré un passage trop peu exploité lorsque Koda découvre la vérité sur Kenai, leur amitié maladroite et naissante vous touchera autant qu’elle vous fera rire. En effet, malgré les thèmes sombres autour desquels se construit le film, un Disney reste un Disney, joyeux et drôle, et celui-ci ne fait pas exception à la règle puisqu’il s’adresse aux plus petits comme aux plus grands.

Encore une fois, l’atmosphère de Frère des Ours nous rappelle celle du Roi Lion grâce aux mélodies et à la voix si reconnaissable de Phil Collins. Parmi ces chansons phares, on retrouve « Dites à mes amis que je m’en vais » ou encore « Regarde dans mes yeux » (la chanson du générique de fin), des mélodies que l’on ne peut oublier. Cette bande originale permet à notre esprit de s’évader loin du lourd secret de Kenai pendant quelques minutes mais donne également son essence au film et l’élève au rang des meilleurs films en 2D que Disney ait réalisés.

Ainsi, ce Disney est atypique sous de nombreux aspects comme les choix de mise en scène (avant la transformation de Kenai, le film n’est pas en plein écran), les choix de scénario (pas de vrai méchant, pas d’histoire d’amour) et même le choix de la chute du film, plutôt inattendue.  Ce film d’animation est une pure merveille, pour les yeux comme pour les oreilles et j’invite tous les amoureux de Disney, mais aussi ceux qui aiment les belles mélodies et les histoires touchantes, à découvrir ou à redécouvrir le 44ème long métrage de Disney : Frère des Ours.

Claire Taboret