Seul au monde

Posted by in Films

(Robert Zemeckis, 2000)

Chuck Noland, cet homme qui voue sa vie à son travail, va partir au beau milieu d’un réveillon de Noël pour assurer un vol de marchandise en laissant derrière lui sa fiancée. Ce vol va être celui de trop, après un crash d’avion en plein océan Pacifique, Chuck se retrouve seul sur une île déserte, il va devoir apprendre à survivre sur cette île qui est à tout point de vue hostile. Les premiers jours sont les plus difficiles, le manque de nourriture ainsi que le manque d’eau potable se font ressentir, le confort dont il jouissait avant l’accident n’est plus qu’un lointain souvenir. Cet homme va devoir se battre contre la douleur physique mais avant tout contre sa solitude, il va pour cela faire d’un simple ballon de volley son plus grand ami qu’il nommera Wilson, on va d’ailleurs s’attacher rapidement à ce ballon qui représentera une constante dans la nouvelle vie de Chuck, jusqu’à son retour dans le monde civilisé.

 

Robert Zemeckis en revisitant l’histoire de Robinson Crusoé, qui est pourtant vue et revue, nous offre un film digne des plus grands. On peut y voir des scènes d’une grande beauté, notamment grâce au cadre paradisiaque qu’offre Monuriki, une des îles des Fidji dans l’océan Pacifique, entre la mer cristalline et la verdure abondante on ne peut que voyager. Bien que le film se déroule presque dans son entièreté sans aucun dialogue il arrive à nous transporter et à nous maintenir en haleine jusqu’à la fin. Grâce au talent de réalisateur de Robert Zemeckis, ce qui devrait être un film long et ennuyeux se transforme en un long métrage intéressant et captivant.

 

Tom Hanks, dans son rôle de Chuck Noland, porte le film du début à la fin comme il sait très bien le faire. Les acteurs secondaires tiennent tout aussi bien leurs rôles, comme Helen Hunt dans le rôle de la fiancée de Chuck qui a perdu espoir de le retrouver un jour. Cet acteur arrive à nous transmettre tout un éventail d’émotions sans avoir besoin de prononcer un seul mot : la solitude, la peine, l’amour ou encore la volonté de vivre pour la femme qu’il aime, tout ceci en 143 minutes. Sa nomination aux Oscars pour le meilleur acteur prouve à quel point il a excellé dans son rôle, tout comme le Golden Globes du meilleur acteur pour un drame au cinéma qu’il remporte en 2000.

 

Au-delà du réalisateur qui arrive à sublimer un scénario ou bien de l’acteur principal qui joue son rôle avec brio, Seul au monde nous donne la possibilité de réfléchir. En effet, à la place de Chuck Noland comment aurions-nous réagi ? Aurions-nous eu une volonté de vivre aussi forte que la sienne ? Autant de questions qui peuvent nous paraître secondaires mais ce film réussit à nous les mettre en tête, mais aussi à nous questionner sur ce qui compte réellement dans notre vie, est-ce le confort ? notre travail ? les personnes auxquelles nous tenons ? Ce film est à voir au moins une fois dans sa vie si ce n’est plus !

 

Marthe-Rose Nina