Une Heure de Tranquillité

Posted by in Films

(Patrice Leconte, 2014)

 

Dans une brocante de quartier, Michel Leproux – Christian Clavier – déniche un vinyle de Me Myself And I interprété par celui qu’il appelle le « génie du jazz ». Son seul but à présent : rentrer chez lui pour écouter cet album au calme. Mais ce petit plaisir va être compromis par différents personnages plus loufoques et hilarants les uns que les autres. D’abord son patient – Michel est dentiste – l’alpague en pleine rue afin de lui poser des questions concernant ses problèmes de dentition. Puis c’est sa maîtresse, Elsa – Valérie Bonneton –qui l’attend en bas de son immeuble – et qui, accessoirement, est aussi la meilleure amie de sa femme.  Il s’en débarrasse avec plus ou moins de difficultés. Toutefois en rentrant chez lui, alors qu’il s’apprête à écouter son petit bijou, sa femme, Nathalie – Carole Bouquet –, se sentant déprimée, souhaite entamer une de ces longues discussions où se succèdent complaintes et questions existentielles dont Michel raffole tant. Il s’en dépêtre tant bien que mal en lui faisant couler un bain puis pense enfin pouvoir savourer une heure de tranquillité au rythme des notes de piano. C’était sans compter sa femme de ménage, Maria – Rossy de Palma – qui décide de passer l’aspirateur, le plombier polonais qui provoque une fuite d’eau, le voisin du dessus qui, de ce fait, vient se plaindre, son fils qui débarque pour que sa mère lui fasse sa lessive… Le karma semble s’acharner sur ce pauvre Michel qui ne parvient à trouver une seule heure de tranquillité.

Une Heure de Tranquillité est un film de 2014 produit par Patrice Leconte. Il met en scène un cinquantenaire aisé et très égoïste – en témoigne le nom de son album miraculeux qu’il déniche : Me Myself And I. Ce film s’apparente grandement à une pièce de théâtre, tant à travers les personnages dont le caractère et les mimiques sont poussés à l’extrême (le reniflement incessant de Maria, la nonchalance infinie du fils de Michel…) que les décors qui semblent être de réels décors de théâtre (le salon, la cuisine…). Les situations loufoques et incongrues empêchent ainsi Michel d’écouter son vinyle de jazz. Sous cet air de comédie légère, Patrice Leconte semble toutefois nous proposer une morale : l’argent de Michel ne lui permet pas de tout acheter. Sous couvert de l’humour, ce message nous est transmis sans que nous ne nous sentions à aucun moment réprimandés ou sermonnés. C’est d’ailleurs le casting de qualité qui le permet et notamment Christian Clavier qui délivre les répliques comme aucun autre. Par exemple, lorsque Michel arrive dans la « chambre de bonne » de son fils – comme il aime à l’appeler alors qu’il s’agit d’un studio parisien – et qu’il découvre les réfugiés qu’il loge, il s’écrie : « Mais c’est le Tiers-Monde ici ! », scène totalement désopilante. Enfin, bien que le film soit potache et finalement peu raffiné, Une Heure de Tranquillité se termine tout de même par une scène plus émouvante où Michel rejoint son père afin qu’ils écoutent le vinyle ensemble. Michel se rend compte que le vinyle ne fonctionne pas, mais après une seconde de stupeur, se rend compte que rien de tout ça ne compte plus que le moment qu’il est en train de passer avec son père qu’il n’a pas vu depuis si longtemps.

Samuel KERNEIS