Orgueil et Préjugés

Posted by in Films

(Joe Wright, 2005)

Dans un petit village du dix-huitième siècle, Monsieur et Madame Bennet élèvent leurs filles. La mère de famille ayant pour projet de les marier à un bon parti voit d’un très bon œil l’arrivée du riche Monsieur Bingley et du très très riche Monsieur Darcy. Si le noble Charles Bingley s’éprend très sincèrement de la fille ainée Jane Bennet, il en est tout autrement pour Fitzwilliam Darcy, interprété par Matthew MacFadyen, pour lequel personne ne semble trouver grâce à ses yeux que ce soit amicalement ou amoureusement. C’est justement de cet homme à la mine renfrognée, que la jeune Elizabeth Bennet, incarnée par Keira Knightley, tombe amoureuse et ce non sans réciprocité. Mais c’est alors leurs orgueil, préjugés ainsi que la société qui viennent faire face à leurs sentiments respectifs comme le montre la réplique d’ Elizabeth Bennet en parlant de Monsieur Darcy : « Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s’il n’avait pas blessé le mien »

Joe Wright nous offre à travers son film sorti en 2005, un esthétisme agréable qu’il s’agisse des vêtements d’époque, des paysages magnifiques ou des jeux d’éclairages. Par la beauté des paysages et la finesse des dialogues, il parvient à retranscrire à la perfection l’univers décrit dans l’œuvre de Jane Austen. La délicatesse des morceaux de piano qui composent la bande son contribue à l’atmosphère poétique du film pensée dans chaque détails. L’histoire d’amour de nos deux protagonistes n’en n’est alors que plus belle même si elle est bien loin des amours clichés et naïfs que l’on peut trouver dans certain romans de la même époque. Les principaux intéressés peinent à s’avouer leurs sentiments, et sont également en lutte avec eux-mêmes pour les accepter. Mais c’est cette complexité de l’histoire d’amour et des personnages qui captive le spectateur.

Au-delà de la romance, le scénario met en avant d’autres problèmes de l’époque : les conventions sociales . En effet, la diversité des personnages peint le portrait d’une société complexe régie par les codes, les rangs et les statuts. Certains se conforment à ce que la société attend d’eux et en sont les parfaits représentants tels que La sœur de Monsieur Bingley, ou bien encore Madame Bennet . D’autres, s’opposent à ces normes et ces règles intrusives mais d’une façon naturelle. On pensera bien évidemment à Elizabeth Bennet qui par ses vêtements, son attitude et son discours, se démarque et s’impose dans cette société qui ne laissait que peu de place aux femmes.
Le film réunit plusieurs ingrédients, qui permettent de plaire à un plus large public. Au delà de l’histoire d’amour et des problèmes de sociétés évoqués, l’humour ne manque pas. Il est à certain moments plus subtil
plus « élégant » mais non moins efficace. En résumé l’on peut parler du film Orgueil et Préjugés en ces mots : Une œuvre poétique, élégante et profonde.