Le Dernier Samouraï

Posted by in Films

(Edward Zwick, 2003)

Pendant l’ère du Meiji, Nathan Algren (interprété par Tom Cruise), un capitaine américain tourmenté par les massacres qu’il a commis durant les guerres indiennes se voit confier une nouvelle mission : vaincre la rébellion des samouraï menée par un certain Katsumoto (interprété par Ken Watanabe). Ainsi, ce film semble s’annoncer comme un film de guerre avec de nombreuses batailles. Pourtant il n’en est rien. Lors du premier assaut mené contre les samouraï, le capitaine Algren est capturé par l’ennemi et emmené dans leur village, ce qui va donner au film un tout nouveau visage. En effet, le film de guerre se transforme en film sur la vie, l’amitié, l’amour, les valeurs humaines et morales et bien sûr, la découverte.

Malgré son statut de prisonnier, au début mal accueilli par les habitants du village, Nathan Algren découvre peu à peu la culture de cet ennemi, les traditions ancestrales et surtout les valeurs des samouraï basées sur l’honneur. Il se rapproche doucement de Katsumoto, leader des samouraï et de ce village, jusqu’à voir en lui un ami proche auquel il va apporter son aide. En effet, il finit par adopter lui-même les valeurs des samouraï et devient un des leurs après avoir gagné leur confiance. De fait, il trouve en eux des frères d’armes et des hommes d’honneur et finit même par se dresser contre le camp américain lors d’une ultime bataille pour permettre à la civilisation des samouraï de perdurer. Ainsi il contre les démons qui le hantent depuis les guerres indiennes en se rangeant cette fois-ci d’une certaine façon du côté des indigènes pour faire face à la violence et aux armes des hommes occidentaux.

Le dernier samouraï comme vous l’aurez compris est incarné brillamment par un Ken Watanabe plein de douceur, de finesse et de sagesse face au personnage de Tom Cruise, Nathan Algren, tourmenté et désireux d’apprendre sans se présenter en héros. Il reste ainsi sobre, silencieux, discret dans cet environnement qui lui est inconnu tout en se nourrissant physiquement de tout ce qu’il voit et de tout ce qu’il entend. Avec une musique signée Hans Zimmer, Edward Zwick a réussi à donner à son film un climat mystérieux et harmonieux tout en dénonçant la violence humaine.

Ce film dévoile ainsi les agissements américains contre les indigènes indiens et japonais mais il entraîne également une réflexion plus profonde sur la nature humaine. Le rapprochement du capitaine Algren avec le chef des samouraï Katsumoto nous démontre que les valeurs ne sont pas une question d’origines mais bien de dispositions personnelles. Chaque homme peut donc être plus proche de personnes ayant une culture opposée à la sienne que de ceux qui vivent à côté de lui depuis toujours. Une personnalité se construit grâce à la somme des choix d’un individu et non grâce à son origine culturelle. Le dernier samouraï est donc un film émouvant et plein de sens très éloigné du stéréotype du film de guerre auquel on s’attend. Ce film ne s’arrête pas à la description d’une culture ancestrale japonaise qui est mise en danger par les valeurs occidentales dans un Japon en guerre. Il interroge sur le sens même que l’on accorde aux valeurs culturelles et montre au travers d’une histoire touchante à quel point l’être humain est capable de dépasser les barrières culturelles pour survivre et s’adapter dans un milieu étranger, jusqu’à s’approprier de nouvelles valeurs. Il redéfinit le concept d’ennemi en lui redonnant sa dimension humaine.  C’est ainsi un film incontournable à voir impérativement.

Claire Taboret