Emelie

Posted by in Films

(Michael Thelin, 2016)

Je pensais avoir vu tous les films d’horreur clichés et ratés jamais sortis… puis j’ai découvert Emelie. Sorti en 2015 et ajouté par la suite sur Netflix, Emelie est qualifié de film d’horreur/thriller. Et pourtant, Michael Thelin – le réalisateur – ne parvient pas à nous dresser un seul poil. Le scénario est basique et ennuyant. Un couple fête son anniversaire de mariage au restaurant et laisse ses enfants à la maison avec une nouvelle baby-sitter – jouée par Sarah Bolger – qui s’avère être une mère rendue folle suite à la perte de son enfant et qui cherche à le remplacer. Pire encore, en plus du scénario bateau, les personnages eux-mêmes sont caricaturaux : la mère tracassée d’avoir laissé ses enfants avec une inconnue, le père qui drague la baby-sitter, le plus jeune des enfants hyperactif mais attachant…

De plus, certaines scènes manquent totalement de réalisme et empêchent ainsi le spectateur de rentrer dans l’histoire et de ressentir les émotions qu’est censé procurer un film d’horreur : la peur, l’angoisse. Par exemple à la fin du film, Jacob – joué par Joshua Rush – prend la voiture de son père pour s’enfuir après avoir déplacé les corps de son frère et de sa sœur. Bien que cela paraisse quelque peu tiré par les cheveux, l’adrénaline et le stress de l’urgence pourraient expliquer sa force soudaine grâce à laquelle il a pu transporter Christopher et Sally. Néanmoins comment un enfant de 11 ans peut-il savoir conduire ? De plus, il démarre et percute Emelie qui tombe sur le sol, inanimée, alors que la voiture roulait extrêmement lentement et que la baby-sitter psychopathe avait le temps de l’éviter. Et ce n’est malheureusement qu’une scène absurde parmi tant d’autres.

La médiocrité de ce film est également due aux scènes dérangeantes qui mêlent les enfants à la sexualité et touchent donc un sujet hautement sensible. J’ai été très mal à l’aise lors de la scène où Emelie change son tampon devant le jeune Jacob. Le garçon n’est en plus pas uniquement spectateur de cette scène puisqu’Emelie lui demande de le lui trouver puis de l’enlever de son emballage… Il ne parvient pas à l’ouvrir avec ses mains et l’arrache alors avec les dents, à la manière d’un préservatif… Nonobstant, la scène la plus gênante et la plus trash du film est définitivement celle où Emelie fait voir aux trois bambins la sextape de leurs parents. Au départ ils ne comprennent pas de quoi il s’agit mais leurs visages se décomposent peu à peu. La cadette, traumatisée, se cache à moitié le visage mais n’ose pas détourner les yeux de l’écran alors que la vidéo dure et dure encore, ponctuée par les gémissements de sa mère.

Enfin, la réalisation, elle aussi laisse à désirer. En effet, lors de moments décisifs, des plans trop resserrés rendent certaines scènes incompréhensibles, l’action est indiscernable et l’on sait pourtant qu’il se passe quelque chose d’important ce qui est très frustrant. De plus, lors des dernières scènes dans la maison, l’obscurité trop importante empêche le spectateur de voir quoi que ce soit. La pénombre aurait pourtant pu permettre d’alourdir l’ambiance et l’on aurait pu, ainsi, s’imprégner de l’action, mais c’est un échec. Le moment le plus important est donc raté.

Pour résumer, Emelie ne vaut pas 1h22 de votre temps.

Samuel Kerneis