The Disappearance of Eleanor Rigby: Him, Her, Them

Posted by in Films

(Ned Benson, 2014)

 

The Disappearance of Eleanor Rigby a été importé en France à l’occasion du festival de Cannes 2014 dans la section « Un certain regard ». Cependant, la version diffusée ce jour-là est celle du film Them, monté à partir des deux précédents films écrits par le réalisateur : Him et Her. En effet, nous parlons ici, non pas d’un, ni de deux, mais bien de 3 films. Une seule histoire d’amour, écrite par Ned Benson (ses premiers et uniques films) pour Jessica Chastain, qui a donné naissance à un premier film Him sous la perspective de l’homme puis à un deuxième film Her sous la perspective de la femme. Ce diptyque a ensuite été resserré en une version de 2 heures Them.

Ce film nous plonge dans la vie d’un couple que l’on rêvait voir à l’écran : James McAvoy et Jessica Chastain. Alors que lui était déjà connu depuis des années pour des rôles bien variés (X-Men, Becoming Jane, Narnia…), elle, cependant, était alors en pleine consécration notamment après The Tree of life et La Couleur des Sentiments. Mais dans ce film, les deux acteurs nous font oublier leurs précédents rôles en livrant des performances intenses et dénuées d’artifices. Ils sont aussi aidés par des seconds rôles convaincants (William Hurt, Viola Davis) malgré le personnage caricaturé d’Isabelle Huppert.

Mais de quoi parle le film ? C’est un drame. Mais un drame qui ne va ni dans l’excès ni dans le mélo. On entre dans la vie d’Eleanor et Connor comme à l’improviste et on y découvre l’amour, le deuil, le questionnement…C’est une suite de scènes sans prétention qui dessine une histoire incroyablement romantique. La force de ce film est de montrer, à travers les 2 premières versions, comment deux personnes peuvent vivre la même expérience et pourtant de façons très différentes. Chaque personnage se focalisant sur certains détails, se souvenant de certaines choses et en omettant d’autres. A cet égard, le film est un honnête portrait de la réalité de la psychologie d’un couple.

Un film que je conseille de voir sous forme de diptyque en commençant par Him (puisque Them n’offre aucune scène en plus, c’est uniquement un puzzle des 2 précédentes versions) si ce n’est que pour les interprétations attachantes des deux acteurs, le regard intense de Jessica, la bande son ou encore la scène finale qui nous laisse rêveur…

 

Par Chloé Lefur