Taj Mahal

Posted by in Films

 (Nicolas Saada, 2015)  

 

La jeune Louise, dix-huit ans s’installe avec sa famille à Bombay. En attendant de pouvoir emménager dans leur nouvelle maison, la famille loge dans la suite d’un hôtel. Un soir, alors que les parents de Louise sortent dîner, elle décide de rester seule dans la suite. Plus la soirée passe, plus des bruits étranges se font entendre. L’adolescente finit par comprendre qu’il s’agit d’une attaque terroriste. Son téléphone est le seul à lui procurer un lien avec l’extérieur et  à lui permettre de rester en contact avec ses parents.

***

    Avec Taj Mahal, Nicolas Saada réussit  le défi de mettre en scène une attaque terroriste sans jamais la montrer. Louise est seule dans sa chambre et l’angoisse monte peu à peu. Au début, ce ne sont que quelques bruits infimes, des pas et des cris étouffés. On plonge, avec les clients de l’hôtel, dans l’incompréhension la plus totale. Et puis le verdict tombe, Louise comme ses parents réalisent qu’il s’agit d’une attaque terroriste. La jeune fille reste alors cachée dans le noir avec pour seul réconfort son téléphone portable qui lui permet de joindre ses parents. À aucun moment, le visage des terroristes n’est montré, on ne sait leur présence que par les bruits perçus par l’héroïne et le spectateur se retrouve aussi perdu qu’elle : la peur est bien là. Chaque respiration, chaque mouvement peuvent être susceptibles de la faire repérer. Certaines scènes sont dures. On est empli de doutes tout comme les parents, impuissants, face à la situation mais surtout on admire le courage de Louise !

Après l’attaque, son comportement est particulièrement intéressant, elle représente le point de vue de ceux qui cherchent à comprendre, qui désirent parler et rendre hommage aux victimes après ces agressions. Contrairement à ceux qui souhaitent oublier et tourner la page. Et la question est là, comment réagirions-nous à leur place?

Il faut savoir que ce film fait implicitement référence aux attentats de Bombay au Taj Mahal Palace & Tower en 2008. Il s’inscrit parfaitement dans le contexte actuel. Sans être au coeur de l’attaque – il faut comprendre qu’elle n’est pas retenue en otage comme certains clients et membres du personnel de l’hôtel – mais elle est victime malgré tout. Comme pour nous tous qui n’assistons pas aux attentats mais pour qui la peur et le traumatisme demeurent pourtant. La présence de télévisions et de téléphones met aussi en évidence le rôle des nouvelles technologies dans la retranscription des informations. D’ailleurs, la plupart des images de l’attaque nous sont montrées au travers d’écrans.

Taj Mahal est donc une excellente surprise qui nous livre un scénario palpitant et qui ne tombe jamais dans le voyeurisme. Avec un personnage principal fort et un jeu d’acteur juste, il vaut le coût d’être vu.

 

 

 

Jeanne