Présidentielles 2017

Posted by in Top 7

Un top un peu particulier cette semaine, puisque la Septième Critique s'attaque aux Présidentielles de notre cher pays. A chaque candidat un film, sélectionné de façon évidemment objective et absolument pas partisane.

Nathalie Arthaud – Germinal, (Claude Berri, 1993)

Nathalie Arthaud, en grande défenseure de la cause ouvrière, n’est pas sans rappeler Etienne Lantier, mineur engagé tout droit sorti du plus grand roman de Zola. Interprété par le chanteur Renaud dans le film (qui a dit vouloir voter Macron, désolé Nath !), les deux personnages se rejoignent par leur verbiage véhément et passionné, mais aussi par leur difficulté à faire valoir leur cause…

François Asselineau – Rain Man, (Barry Levinson, 1989)

François a appris tous les articles de la Constitution Européenne. Tous. Par cœur. Et il peut les réciter avec une facilité déconcertante. On lui donne un numéro, et il réagit immédiatement, assénant l’article à la vitesse de la lumière. Et même quand on lui demande autre chose, il démontre sa connaissance parfaite de ces articles en les citant à la perfection. Quelle que soit la question. Quel que soit le sujet. Les articles. Encore. Toujours. Articles. Articles. Articles.

Jacques Cheminade – Seul Sur Mars, (Ridley Scott, 2015)

Il avait tout prévu. Tout compris. Tout deviné. Il savait pour la crise des subprimes, et avait alerté le monde à ce sujet. Et pourtant encore aujourd’hui personne ne l’écoute. Alors qu’il sait. Qu’il est au courant pour le grand complot. Tous les hommes politiques en France veulent nous empêcher d’aller sur Mars. Car sur Mars, il y a la vérité. Une mallette contenant la preuve que tous les hommes politiques sont des extraterrestres. Alors tout ce qu’il veut, c’est y aller, sur Mars.

Nicolas Dupont-Aignan – Au nom du peuple souverain, (Luigi Magni, 1990)

Le représentant du parti Debout la France est connu pour ses idées gaullistes et souverainistes : il défend les valeurs françaises et souhaite un pays exempt de tutelle. Ce candidat ainsi que son programme nous font donc penser au film de Luigi Magni : Au nom du peuple souverain. Son combat pour une France plus indépendante avec une forte souveraineté nationale et populaire nous rappelle les révolutionnaires Italiens qui se rebellent contre le gouvernement du roi. Car Dupont-Aignan se veut lui aussi révolutionnaire en poussant les « petits candidats » à la révolution !

François Fillon – Titanic (James Cameron, 1997)

Il nous avait tous épaté lorsqu’il était sorti gagnant du 1er tour des primaires de la droite, pour ensuite remporter la primaire face à Alain Juppé. Mais c’est en passant au-devant de la scène que l’on s’expose le plus : le puissant et ferme Titanic est rentré en collision avec un iceberg. Depuis les nombreuses révélations le concernant lui et sa femme Penelope, sa popularité ne cesse de chuter. Les membres de son équipage préfèrent abandonner le navire tant qu’ils le peuvent, et peu de scénarios l’imaginent passer le 1er tour des prochaines présidentielles.

Benoit Hamon – Le Hobbit, (Peter Jackson, 2012-2014)

Petit par la taille, grand par le courage, par le cœur et par les oreilles. Benoit veut sauver ses terres du dragon extrémiste et offrir une meilleure vie à tous les habitants de notre belle contrée. Malheureusement, les différentes races sont divisées et le petit Benoit n’a pas réussi à les unir derrière sa volonté, il devra donc affronter le dragon seul, la tâche semble ardue, voire impossible.

Jean Lassalle – Babe, Le Cochon Devenu Berger (Chris Noonan, 1995)

On se souvient de la fameuse déclaration féministe du candidat au micro du Petit Journal lors du Salon de l’Agriculture : « Ma cochonne préférée ? C’est ma femme ». Comme Babe, Jean Lassalle est donc un petit cochon, devenu berger… mais deviendra-t-il candidat ? Le suspens est à son comble…

Marine le Pen - La Reine des Neiges, (Chris Buck, 2013)

Le rapprochement évident c’est bien sur la crinière blonde et l’héritage familial compliqué. Mais approfondissons l’idée et filons la métaphore. « Libérée, délivrée, je ne mentirais plus jamais… » Ça ne vous fait penser à rien ? Alors imaginez le dimanche 7 mai au soir si Marine est élue et qu’elle n’a plus à jouer la carte de la dédiabolisation… Nous pourrions bien assister à l’avènement d’un monde où white is the new black.

Emmanuel Macron – Baby Boss (Tom McGrath, 2017)

Ah le jeune et dynamique Macron, le Justin Trudeau à la française ? Certains lui reprochent son âge (et donc manque d’expérience ou corruption), d’autres le glorifient pour cette même raison. Bien qu’issu du « système », le jeune Macron a eu un parcours assez particulier puisqu’il est passé par la banque Rothschild avant de se présenter à la plus haute position du gouvernement français. Mais malgré son jeune âge, le candidat à la présidentielle a quand même un certain nombre de cadavres dans son placard.

Jean-Luc Mélenchon - Kick-Ass, (Matthew Vaughn, 2010)

Après Man of Steel, faites une ovation à Kick Ass. Le super héros presque normal qui défonce des gueules et tire plus vite que son ombre. Il n’a pas de super pouvoirs, mais chaque fois qu’il monte sur un plateau, ses adversaires tremblent dans leurs chaussettes. Si certains le prennent pour un idéaliste forcené à l’image du héros du film il pourrait bien leur donner tort dans 2 semaines…

Philippe Poutou – Un Baiser s'il vous plaît, (Emmanuel Mouret, 2007)

Si la mignonnerie avait un nom, ce serait assurément celui de ce candidat atypique. Bien que chacun ait pu attester de son ardeur à balancer leurs 4 vérités à ses rivaux lors du dernier débat entre les candidats, son regard de biche saura toujours nous rappeler ce que son nom nous annonçait déjà : la douceur du baiser ouvrier sur la joue du grand capital…