Une Merveilleuse Histoire Du Temps

Posted by in Films

(James Marsh, 2014)

Note : 7,5/10

 

L’avantage du phénomène mondial Ice Bucket Challenge est d’avoir fait connaître la maladie d’ALS soit la sclérose latérale amyotrophique (SLA) en français. Cette maladie est la trame de fond de ce biopic sur le physicien et cosmologiste Stephen Hawking. The Theory of Everything (titre anglais) est une adaptation par Anthony McCarten des mémoires écrites en 2008 par la première femme de Hawking, Jane Wilde.
Le film a reçu de nombreuses distinctions, récompensant notamment les interprétations des deux acteurs principaux, Eddie Redmayne (notamment le Golden Globes de meilleur acteur dans un film dramatique) et Felicity Jones. Il est nommé à cinq Oscars, dont celui du meilleur film.

Ce film biographique britannique retrace donc la vie de Hawking, dont la dystrophie neuromusculaire a progressé avec le temps jusqu’à le laisser complètement paralysé.

Nous le découvrons d’abord en 1963, à l’Université de Cambridge, où il compte trouver une équation pour résoudre le mystère de la création de l’univers. Il y rencontre Jane, sa future femme, avant d’apprendre que la maladie attaque ses membres et l’emportera sûrement dans la tombe.

Le film traite de l’amour indéfectible de Jane, de son courage et de sa résolution à faire vivre l’homme qu’elle aime. Ce n’est pas un film sur l’œuvre d’Hawking (malgré le titre faisant référence à l’ouvrage Une brève histoire du temps), ni sur sa maladie, mais bien sur l’amour entre deux personnes dont l’une perd peu à peu toutes ses fonctions motrices. Le film est porté par deux jeunes acteurs bluffant : le spectateur peut voir l’évolution morale de Jane rien que dans l’expression du visage de Jones, et pour ce qui est de Redmayne, il est incroyable dans ce rôle si difficile. L’acteur a d’ailleurs  passé des heures à distordre son corps, à tel point qu’il a altéré l’alignement de sa colonne vertébrale.

Il n’y avait rien de gagné d’avance à faire ce film, certes le matériel du film est déjà passionnant, mais trouvé une juste atmosphère n’était pas évident. Certains le voient comme un drame, c’est plutôt « une merveilleuse histoire ».

Chloé LEFUR-DUROUX