Spotlight

Posted by in Films

(Tom McCarthy, 2015)

Film 6 fois nominé aux Oscars, et a reçu les titres d’Oscar du Meilleur Film 2016 et Oscar du Meilleur Scénario Original 2016. Mais comment expliquer cela ?

C’est premièrement le dernier film de Tom McCarthy, avec un casting assez époustouflant : on y retrouve notamment Michael Keaton, Mark Ruffalo, et Rachel McAdams. Tous sont pleinement investis dans leur rôle et donnent l’âme du film.

Deuxièmement, le sujet traité, qui est toujours aujourd’hui un sujet d’actualité : les affaires des prêtres pédophiles. Nous sommes en 2001, l’arrivée d’un nouveau rédacteur en chef au Boston Globe va chambouler l’histoire. Pour parer la perte progressive de lecteurs, il demande à l’équipe Spotlight, spécialisée dans le journalisme d’investigation d’enquêter sur les quelques affaires connues à l’époque de prêtres pédophiles à Boston. Mais les quatre membres de l’équipe découvrent l’ampleur des affaires, qui touche même les hautes castes de l’Eglise.

McCarthy tenter de reproduire avec patience et minutie l’affaire qui s’est réellement déroulée au début des années 2000. Cette escalade très lente permet de voir l’ampleur du désastre qui s’abat sur le monde catholique, et a été encensée par la critique. Mais elle traîne le film en longueur. Toute une première partie est dédiée à la collecte minutieuse d’informations, de preuves et de témoignages, sans pour autant qu’il n’y ait aucune conclusion tirée. Il n’y a rien de réellement rebondissant jusqu’au dénouement final qu’on attend comme la fin d’une sentence.

Comme vous pouvez le comprendre j’ai trouvé ce film très long et trop encensé pour ce qu’il est. Certes les acteurs jouent à la perfection, l’histoire est prenante et la réalisation coupe avec les gros blockbusters hollywoodien.

Mais elle est réalisée d’une manière bien trop hypocrite à mes yeux. Nous avons là deux géants qui se dressent l’un contre l’autre : la presse et l’Eglise. D’après le Monde, « Spotlight est un grand film à la gloire du journalisme, en même temps que le rappel de la perversion d’une des plus anciennes institutions de la planète ». Je trouve personnellement cela ridicule. La presse est aussi puissante que l’église, et peut manipuler comme elle le désire, cacher ce qu’elle veut et mettre en avant ce qu’elle a envie. C’était jusqu’à récemment un de nos seuls moyens d’information. Par ailleurs, le Monde, tout comme le film cherche à le faire, présente à travers cette critique une église moisie de partout. Je pense que beaucoup (et même trop) d’histoires de prêtres pédophiles sont arrivées mais il ne faut pas perdre foi en l’humanité : certains hommes savent être intègres. Et cela est vrai des deux côtés. La presse est là pour informer, dénoncer, mais non amalgamer ou manipuler, ce qui semble trop souvent être oublié.

Maud LEPETIT