Snow Therapy

Posted by in Films

(Ruben Östlund, 2013)

Une famille suédoise se retrouve le temps d’une semaine dans les alpes françaises. L’idée est de passer un bon moment en famille mais la situation dégénère lorsque la famille vit une expérience terrifiante, le père réagit lâchement, et le regard de sa femme change.

Ainsi les tensions s’accumulent, notamment à cause du décor, les montagnes enneigées paraissent dangereuses, parfois très belles mais aussi menaçantes. Elles témoignent d’une puissance incontrôlable, prête à éclater à chaque instant. Un cadre qui laisse parfois place à des scènes réellement effrayantes.

Le film veut donc casser l’image de la famille parfaite, une image que l’on voit concrètement  dès  la toute première scène, symbolisée par les photos qu’un photographe prend de la famille. Derrière cette image se cache en réalité des personnages plus complexes : un enfant surexcité, un père obnubilé par son travail, une mère fatiguée qui se sent parfois enfermée dans le carcan familial et qui désirerait plus de libertés.

Sur ce arrive l’élément déclencheur : une avalanche, la famille y réchappe mais le père face au danger fuit en prenant son téléphone et son manteau, mais en laissant sa femme et ses enfants seuls face au danger. Sa femme en est profondément choquée, perdant d’un seul coup toute la confiance qu’elle pouvait avoir pour son mari.

Cet événement va bouleverser l’ensemble des protagonistes, le père va perdre toute confiance en lui, la mère va remettre en question leurs relations, ne pouvant plus faire confiance à l’homme qu’elle a épousé et au milieu de tout ça, les enfants, victimes collatérales du malheur des parents.

Je me rend bien compte que ma critique, jusque ici, fait peur : « un film dramatique suédois qui va nous mettre face à l’horreur du monde pendant 1h30, pourquoi il s’inflige ça le con ? » Mais ce qui surprend énormément dans ce film, c’est l’humour avec lequel des situations dramatiques sont abordées. Ainsi même les crises de larmes que l’on voit d’habitude comme l’apogée  des scènes dramatiques dans d’autres films sont ici drôles. Je pense que, dans ma vie de spectateur, jamais je n’avais ris devant quelqu’un qui pleure. Et pourtant, ici, c’est comique. Le film arrive, par sa mise en scène à rendre la tristesse drôle.

La réalisation est vraiment tournée vers les personnages, la caméra ne veut pas perdre une miette de leur émotion. Ruben Östlund, le réalisateur, choisit donc de filmer des plans fixes, toujours dirigés vers les protagonistes, des plans travaillés qui servent donc le propos du film. Les seules exceptions à cette règle se trouvent dans les transitions entre les différents jours de ski, durant lesquelles il filme une montagne magnifiée et troublante, au son des déclencheurs d’avalanche (i.e. au son d’explosions) et du thème oppressant de Vivaldi.

Les acteurs sont grandioses, mention spéciale à Kristofer Hivju (que l’on a notamment pu voir dans Games of Thrones – non je déconne pas -) qui joue un ami de la famille, marquant de par sa barbe rousse et la sagesse un peu bourrue qu’il dispensera tout au long du film.

Un film qui a des abords de films mélodramatique et qui se révèle finalement presque être un feel good movie. À voir.

Alexandre PUJOL