Girls

Posted by in Séries

(Lena Dunham, 2012)

Girls est LA série qui renverse les codes. Loin d’une fiction rocambolesque à la Game of Thrones ou The Walking Dead mais aussi diamétralement opposée à une série comme FRIENDS ou How I Met Your MotherGirls est engagée, féministe et surtout réaliste. Le synopsis est simple : quatre filles new-yorkaises « normales » rentrent dans la vie active et découvrent les joies de ne plus être étudiantes. Lena Dunham, réalisatrice et dans le rôle d’Hannah, personnage principal, incarne une jeune femme décomplexée qui rêve de devenir écrivaine ; Marnie, sa meilleure amie, très jolie et un peu biatch, est très ambitieuse ; Jessa, la copine d’enfance aborde un style de vie hippie et décalé par rapport à la société ; Soshanna termine ses études, elle est très organisée et franche. Tout au long des quatre saisons on suit les pérégrinations sentimentale, sexuelle, morale des personnages.

La première chose qui nous surprend agréablement c’est le physique des jeunes femmes : elles ne sont pas formatées, on est très très (très) (trèèèèèèèès) loin de shows hollywoodiens comme Gossip Girl où toutes les filles sont belles à faire crever d’envie les téléspectatrices derrière leurs écrans et faire fantasmer les mecs sur des physiques improbables. BREF, passons. Ici, rien de tout ça, on est dans le monde réel : les filles ont leurs défauts, leurs qualités et il est plus facile de s’identifier à elles. Vous l’aurez compris, Girls est très féministe, c’est une série qui vous embarque dans notre/votre génération où les jeunes (on parle aussi des garçons même si, pour une fois, ils sont en second plan) sont représentés sans ajouter paillettes et robes de soirée.

La deuxième chose qui, à mon avis, est le cœur de la série ce sont les personnalités. C’est cru, ça se pose beaucoup de questions existentielles, ça interroge, c’est assez égocentrique mais c’est très représentatif de la fameuse « génération Y ». On souligne les peurs des pré-adultes d’aujourd’hui. Au niveau sociologique et psychologique, pour une fois, c’est poussé, c’est intéressant et ça nous ressemble. Adam Driver, petit copain/sex friend de Lena Dunham dans la série, explique très justement dans une interview donnée aux Inrocks que « Lena Dunham est l’une des seules à écrire des rôles féminins aussi complexes. » Je le plussoie, des femmes indépendantes et qui ne s’intéressent pas qu’à la mode et aux mecs, BAH CA FAIT DU BIEN.

Pour conclure, ma tirade féministe étant terminée, je vous conseille d’oublier tout ce que j’ai dit sinon vous allez regarder ce show avec une idée préconçue mais il procure également beaucoup d’émotions, c’est drôle, c’est léger, c’est un vent d’air frais dans tout ce qui est proposé aujourd’hui à Hollywood et sur HBO.

Attention, les garçons peuvent tout à fait regarder cette série, j’espère même qu’ils n’hésiteront pas à franchir le pas.

 

Olga GUINUT