Rubber

Posted by in Films

(Quentin Dupieux, 2010)

Quentin Dupieux. A la seule évocation du nom de ce réalisateur (également connu en tant qu’artiste de musique électronique – comme disent les jeunes – sous le nom de Mr Oizo), mon petit coeur gambille et fourmille.

Ses films ne ressemblent à aucun autre et les mauvaises langues diront même qu’ils ne ressemblent à rien – mais nous ne les écouterons pas. 

Scenarii sans queue ni tête, castings improbables (allant d’Eric & Ramzy à Alain Chabat, Eric Wareheim ou Marilyn Manson), bandes-son techno abrutissantes (créées par Mr Oizo lui-même et ses amis plutôt stylés : Justice, Sébastien Tellier, Kavinsky etc.)… tels sont les éléments de tout film de Dupieux qui se respecte.

Et Rubber ne déroge pas à la règle. 

L’intrigue ? Il n’y en a pas. 

Spectateur ébahi, vous suivrez les agissements d’un pneu tueur dans le désert californien.

Pourquoi ? me direz-vous (et l’interrogation est légitime lorsque l’on est sobre de toute substance illicite). 

Quentin Dupieux vous répondra dès l’intro du film dans un aparté étonnant du policier en charge de retrouver le pneu psychopathe : « no reason ».

C’est absurde. C’est l’absurde. Débrouillez-vous avec ça.

Il n’est pas garanti que vous compreniez quoi que ce soit, mais vous êtes sûrs de rire et d’être surpris (promis).

« All great films, without exception, contain an important element of no reason » nous assure cet agent de police.

Et puisque Rubber est tout entier no reason, libre à vous d’en déduire ô combien il est great.

Tahani SAMIRI