(Sofia Coppola, 2003)

 Cocon/5

 

Avec Bill Murray et Scarlett Johansson

 

Parfois on lance un film sans rien attendre de particulier, installé confortablement dans son canapé et la magie du cinéma opère tout simplement, nous transportant dans des univers semblables à des bulles. Lost in Translation fait partie de cette famille de films uniques, celle des œuvres possédant une véritable personnalité. L’histoire est minimaliste, Bob et Charlotte sont américains et résident dans un grand hôtel japonais, ils ne se connaissent pas, n’ont rien en commun mais partagent un profond sentiment de dépaysement et de solitude. L’histoire d’une rencontre sobre et élégante.

 

 

Le film diffuse avant tout un parfum de poésie enivrant qui accentue l’atmosphère lancinante de ce cocon cinématographique. Lost in Translation est une œuvre intemporelle où l’action semble hors du temps car profondément humaine, seule l’essence de la rencontre est couchée sur la pellicule. Scarlett Johansson plus belle que jamais et Bill Muray portent le film avec une grande légèreté. Ici pas de prétention, seulement le portrait de deux âmes ordinaires en transit qui se rencontrent et se découvrent malgré leur différence générationnelle.

 

Vous planerez avec les personnages au-dessus de Tokyo, dont la vie urbaine est représentée avec fidélité, sans fioriture. Un rêve dans lequel on plonge avec plaisir mais qu’on quitte avec regret tant la parenthèse était agréable auprès de Bob et Charlotte.

 

Si vous n’êtes pas encore convaincu sachez que le film a obtenu l’Oscar du meilleur scénario original et nominé dans la catégorie du meilleur film et du meilleur acteur. Sans aucun doute un des rôles les plus complexes et personnels de Bill Murray. Comment parler de Lost in Translation sans évoquer sa bande son indie, véritable performance tant la légèreté de la musique donne un effet suave à l’ensemble de l’œuvre de Coppola. Le film est romantique sans être niais, profond sans être bavard, grâce à une mise en scène allant à l’essentiel, intime sans être voyeuse.

Victorien PANISSIÉ

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *