INTERVIEW YOUTUBEUR – Le Gardien du Cinéma

Posted by in Un Certain Regard

Cette semaine, nous avons rencontré un youtubeur cinéma qui mérite d’être connu : Sylvain, dit Le Gardien du Cinéma. Il a accepté de répondre à nos questions sur son approche du cinéma.
Allez vite faire un tour sur sa chaîne youtube !

 

——

Bonjour !
Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis un épicurien, j’aime l’art en général, mais je suis passionné avant tout de musique, de cinéma et de photographie. Ces hobbies occupent une grande partie de mon temps libre. J’aime tout ce qui se rapporte à l’évasion de l’esprit, à la réflexion, et au rapport à l’autre.

Comment avez-vous décidé de devenir youtubeur cinéma ?

Pour deux raisons majeures.

La première étant que je suis moi-même spectateur de chaînes youtube cinéma, et que je n’ai trouvé personne en qui j’ai pu reconnaitre mes gouts et mes exigences. Certains sont de qualité, et je continue de les suivre même si nos opinions divergent, mais j’avais besoin de faire valoir ma vision du cinéma et la façon d’appréhender les films.

La deuxième raison est que comme toute chose dans la vie, c’est bien plus intéressant quand c’est partagé. Ayant peu d’amateurs de cinéma dans mon entourage, j’éprouvais un besoin de dialoguer, d’apporter des réflexions, de découvrir davantage de films.

Enfin je pense qu’à partir du moment où l’on s’expose publiquement, c’est qu’il y a une part de besoin de reconnaissance, d’être aimé.

Comment travaillez-vous pour écrire vos critiques ?

Je prends quelques notes sur un calepin (des mots clés me permettant de ne pas oublier une idée) pendant le visionnage du film, puis je rédige une critique écrite une fois rentré chez moi, encore une fois sans trop développer, j’aime laisser une part d’improvisation et de naturel lorsque je fais des critiques cinéma. Je n’apprécie pas vraiment les youtubers qui donnent l’impression de réciter un texte. Alors je me l’applique en m’autorisant le bafouillement…que je prends le temps de couper par la suite au montage.

Je me filme avec mon appareil reflexe, et je branche un micro cravate à mon smartphone. J’utilise du matériel très bas de gamme, en essayant de tirer la meilleure qualité de chacun d’eux.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ?

J’aime revoir mes exigences à la hausse pour appréhender un film. Quand on s’expose, on fait face aux critiques, et j’aime à me dire que mes arguments sont construits et bien pensés, afin de les assumer pleinement. Ensuite j’adore le retour des gens, beaucoup partagent leur expérience cinématographique, me conseillent des films, m’accompagnent dans l’amélioration de ma chaîne. Et ces échanges sont ce que je recherchais. J’obtiens une totale satisfaction à faire ces critiques.

 

Quel est votre premier souvenir cinématographique ?

Jurassic Park de Spielberg en 1993. Ce film a été un vrai choc (d’ailleurs il faut avouer que pour l’époque c’était violent, d’autant que j’étais très jeune). Une claque comme on en prend peu, l’impression de découvrir quelque chose d’unique, des sensations que je ne connaissais pas, un rêve prenant vie devant mes yeux de grand enfant ! Et devenu adulte, je considère ce film comme étant un chef d’œuvre du cinéma.  Après pour être honnête le tout premier film que je suis allé voir (avec mes parents) au cinéma en 1990 était Maman j’ai raté l’avion, j’avais adoré cette expérience, mais ça m’a moins marqué que Jurassic park.

Pour vous, qu’est-ce qu’un film réussi ?

Un film doit aller au bout de sa démarche, développer les thèmes qu’il entreprend et proposer une réalisation servant son propos.

Un film réussi est comme un bon mélange, une alchimie, parfois ce qui fait la différence entre un chef d’œuvre et un bon film est infime, presque pas palpable. J’aime qu’il y ait une part de mystère, et devoir réfléchir au « pourquoi ce film me marque tant »…

 

— suite après la vidéo —

 

Passons maintenant à un petit portrait chinois…
Si vous étiez un film, lequel seriez-vous ? 

Donnie Darko, un gars qui vit dans un monde qui ne lui ressemble pas, un peu paumé (bien que contrairement à Donnie, moi j’ai la patate !) et prêt au sacrifice pour les siens. C’est surtout un film énigmatique, mystérieux, et qui ne laisse personne insensible.

Si vous étiez un genre cinématographique ?

L’horreur, car mon but premier serait de susciter des émotions directes chez les gens. J’aime le genre horrifique pour ça, et on y trouve de tout : de l’humour, du gore, de l’angoisse, du drame, etc…

C’est plus complexe que ça en a l’air, et j’aime beaucoup cette idée, de devoir approfondir, creuser sous les carapaces

Si vous étiez un(e) réalisateur/trice ? 

John Carpenter, fidèle à lui-même et à son cinéma, identifiable et particulier à la fois, et surtout…immortel !

Si vous étiez un(e) acteur/trice ?

Jim Carrey, un immense acteur trop peu utilisé et surtout trop cantonné au même rôle. Je suis persuadé que ce mec restera longtemps une légende (un peu à la Louis De Funès en France). Il sait tout faire, il est fou, il s’oublie pour laisser parler son corps. Et je me reconnais en ce côté « amusant » qui a du mal à rester sérieux dans n’importe quelle circonstance.

Si vous étiez une scène de film ?

Néo dans Matrix qui évite les balles. Etre assez fort pour contourner ce qui fait du mal…

Si vous étiez une série ?

The Walking Dead, j’aime me sentir comme un survivant qui erre dans un milieu gangréné par les mauvais films, je tente de survivre, et de trouver d’autres survivants avec qui m’allier !

 

— suite et fin après la vidéo —

 

Merci d’avoir répondu à nos questions ! Un petit mot pour la fin ?

J’aimerais juste rappeler qu’il faut accepter la différence (et donc les goûts différents), être cinéphile ne consiste pas à dénigrer ceux qui aiment d’autres film que vous. Le cinéphile assimile différemment un film que quelqu’un qui « aime » simplement le cinéma. Il s’intéresse à la technique, aux messages, symboles. Mais le cinéma est un art, et fait donc appel à des sensibilités, qui diffèrent chez chacun de nous. Et c’est ce que j’essaie de défendre sur ma chaîne Youtube.

Enfin n’oublions pas les autres, le partage est ce qui nous fait nous élever en société, et dans notre être.

 

 

— fin de l’interview, merci de nous avoir lus ! —