(Clint Eastwood, 2014)

 

American Sniper est sans aucun doute l’un des films les plus attendus de ce début d’année et cela pour plusieurs raisons. Clint Eastwood à la réalisation, 6 nominations aux oscars, et un record au box office américain avec près de 90 millions de dollars pour le premier week end d’exploitation, ce sont des arguments qui semblent très prometteurs.

Mais le natif de San Francisco nous déçoit ici, on peine à croire que ce film est réalisé par le même homme qui nous a délecté de films tels que Mystic River, Gran Torino, Invictus ou encore Million Dollar Baby. En effet, ce film est plein de bonnes intentions mais tombe un peu à plat, et souffre de longueurs qui peuvent sortir le spectateur du film.

American Sniper, adapté du livre, retrace la vie de Chris Kyle, surnommé « la légende » par ses frères d’armes. On l’affuble d’ailleurs, à tort, de « sniper le plus létal de l’histoire ». Des blogueurs se sont, en effet, fait une joie de lister tous ceux qui le surpasse en nombre de victimes. Il n’y a de toute manière pas de quoi se vanter d’avoir tué froidement autant de personnes. Et c’est aussi ce que l’on attendait en France, voir le film qui nourrit la polémique outre-Atlantique. On reproche à Clint Eastwood d’être tombé dans le patriotisme et de faire l’apologie d’un soldat ayant tué de nombreux civils froidement.

Le film alterne entre les différentes périodes passées par le soldat Chris Kyle en Irak où il a abattu près de 250 personnes, et les périodes au pays où il est avec sa famille. L’intérêt de ce film est donc de montrer le dilemme du soldat texan tiraillé entre sa famille et son devoir patriote. Mais le problème est que seules certaines scènes en Irak sont vraiment réussies et prenantes. Les autres scènes se révèlent assez plates et laissent le spectateur indifférent là où il devrait être pris aux tripes. Du coup, le film souffre de longueurs même si on ne peut qu’admirer la reconstitution des villages irakiens, et l’ambiance recréée. Le film est également bien monté, servant grandement certaines scènes d’action. Cela lui vaut trois nominations techniques aux Oscars (meilleur montage, meilleur montage de son, et meilleur mixage de son).

Seul Bradley Cooper nous surprend de manière très agréable. Il apparait transformé dans ce rôle, il a pris de la masse musculaire, parle avec un accent texan et a réussi sa mimétique du soldat Chris Kyle en arborant toutes les tiques caractéristiques du texan suite à un long travail de visionnage d’archives du soldat. Ce n’est pas un hasard si c’est la troisième année consécutif qu’il est nominé à l’oscar du meilleur acteur. On ne peut pas en dire autant de Sienna Miller qui peine à trouver sa place dans ce film.

On attendait beaucoup d’American Sniper, peut être trop et c’est pour cela qu’on a été déçu. On a presque l’impression que Clint Eastwood n’a pas voulu entacher le héros patriotique texan qu’est Chris Kyle aux Etats-Unis. Peut être que ce film est plus destiné à un public américain plus proche du conflit irakien et qui s’identifie mieux à ces jeunes soldats représentés comme des héros. La partie sombre qu’est le retour au pays après avoir tué des civils, femmes et enfants compris, et la reprise d’une vie plus normale n’est pas assez évoquée dans le film.

En résumé, un bon film mais qui souffre de longueurs. Clint Eastwood nous a habitués à mieux. A voir surtout pour la performance de Bradley Cooper, ou pour ceux qui se sentent une âme patriotique américaine.

 

Nicolas BIDET

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *